“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

Les discours se sont tenus au Palais de l'Europe.

J.-C. Guibal : ode au corps militaire

Eric Ciotti: "Christian Estrosi a fui le débat qu'il devait aux militants LR"

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

Antoine Bellando de Castro nouveau président de R&E

Mis à jour le 04/02/2016 à 05:04 Publié le 04/02/2016 à 05:04
Les membres de R&E étaient une centaine réunis au salon Bellevue du Café de Paris, mardi soir, pour l’assemblée générale annuelle.

Les membres de R&E étaient une centaine réunis au salon Bellevue du Café de Paris, mardi soir, pour l’assemblée générale annuelle. Photos J.D.

Antoine Bellando de Castro nouveau président de R&E

Le mouvement politique de Laurent Nouvion a réuni une centaine de membres, mardi soir, pour son assemblée générale. Un nouveau bureau exécutif a été élu à l'unanimité

Mardi soir, l'assemblée générale de Rassemblement & Enjeux (R&E) a réuni quelque cent membres et sympathisants du mouvement politique fondé par le président du Conseil national.

Dans la salle, peu d'élus R&E. Très peu même : Laurent Nouvion, Alain Ficini et Béatrice Fresko. Ils étaient accompagnés de deux conseillers nationaux de la majorité Horizon Monaco : Claude Boisson (Synergie Monégasque) et de Jacques Rit (indépendant).

Une telle absence des conseillers nationaux de la majorité a semblé troublante (cinq seulement sur vingt élus dont douze R&E). Mais Alain Ficini, qui s'apprêtait à céder la place à Antoine Bellando de Castro, a rapidement expliqué la volonté du mouvement pour que le bureau exécutif ne soit plus composé d'élus du Conseil national.

«C'est une décision collégiale mûrement réfléchie ; car il est difficile, voire incompatible, d'être à la fois président, vice-président ou membre du bureau exécutif d'un mouvement et d'être élu au Conseil national. Cet organe se doit d'être indépendant tout en jouant son rôle de soutien à ses élus et à la majorité.»

Faut-il donc voir une relation de cause à effet entre...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct