“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Extension de la PMA, fin de vie... Le Comité d'éthique rendra son avis ce mardi

Mady Bellone aux côtés du maire et son épouse, entourés des élus, professeurs, adhérents, et personnalités... devant les œuvres d'élèves d'arts plastiques.

L'Université dans la ville a fêté sa rentrée

Lucas, Bouglione : même combat

Coup de pouce aux retraités: "Ça sent le bricolage" selon Éric Coquerel

C'est la loi, le conseil municipal doit évoquer les actions entreprises à la suite du rapport de la Cour des comptes.

Gestion des comptes : match retour à Villefranche-sur-Mer

2016, une année charnière pour Beausoleil

Mis à jour le 13/01/2016 à 05:12 Publié le 13/01/2016 à 05:12
Gérard Spinelli, maire de Beausoleil.

Gérard Spinelli, maire de Beausoleil. Jean-François Ottonello

2016, une année charnière pour Beausoleil

Des chantiers et des projets de grande envergure. Soutenu par Monaco quand les intérêts se croisent, le maire poursuit son ambition de faire de sa ville un lieu de vie pour tous

Il la qualifie d'« année charnière ». 2016 est effectivement une année importante pour Gérard Spinelli. À titre personnel, le maire devra très certainement se retrouver à la barre du tribunal correctionnel où il devra être jugé, à Marseille, dans le cadre de l'affaire de la tour Odéon pour des faits de corruption présumée.

Mais, pour l'heure, et sans date du procès, il met les bouchées doubles pour sa ville. Et les dossiers ne manquent pas. En marge des tournées nocturnes qu'il fait plusieurs fois par semaine - et notamment ces derniers jours avec les actes de vandalisme sur plus de cinquante voitures aux Moneghetti -, il suit de nombreux dossiers.

Avec Monaco

Sur le feu : le stationnement résidentiel en centre-ville, le renouvellement de l'ensemble du parc d'éclairage public, l'ascenseur pour l'accès au foyer du Centre, le kiosque boulevard de la République, le Centre Histoire et Mémoire Roger Bennati, la construction de 319 logements sociaux, la poursuite des travaux du futur Centre culturel…

Des chantiers sollicitent, par ailleurs, le soutien financier de la Principauté. C'est le cas de la mise en double sens du boulevard du Tenao et de l'installation de vingt-quatre caméras de vidéoprotection. À l'étude cette année, et toujours en partenariat avec Monaco, le maire envisage la construction d'une école maternelle de huit classes ainsi que quatre-vingts logements sociaux et pour actifs, sur le terrain de la Campanette. Dans la même politique de déplacement urbain vertical mise en place depuis fort longtemps en Principauté, Beausoleil lance des études pour un premier escalator en centre-ville. Et déjà, Gérard Spinelli imagine des liaisons verticales pour faciliter la circulation en ville…

Mais le maire doit également répondre aux préoccupations quotidiennes des Beausoleillois : la propreté, l'animation, les problèmes de stationnement, l'intégration de la communauté musulmane dans une ville composée à 50 % d'étrangers et où toutes les confessions religieuses doivent vivre dans le respect des autres. Plus que d'une politique sociale, il s'agit là d'un véritable défi.

« Vivre ensemble implique d’éviter les gestes de différenciation »

Il y a d’abord eu l’appel de Gérard Spinelli, en conseil municipal le 15 décembre, qui sollicitait « la force de l’engagement de la communauté musulmane ». Puis, samedi dernier, la journée « portes ouvertes » à la mosquée, en présence de Sébastien Humbert, sous-préfet des Alpes-Maritimes, et Boubekeur Bekri, vice-président du Conseil régional du culte musulman de la région Paca.
Après les attentats parisiens du 13 novembre, et la fermeture par arrêté préfectoral le 17 novembre jusqu’à la fin de l’état d’urgence du lieu de prière privé de l’avenue Pasteur, il est nécessaire pour une ville comme Beausoleil, composée à 50 % d’étrangers, de fédérer les communautés.

Aujourd’hui, Gérard Spinelli se réjouit de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct