“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Première rentrée scolaire pour les petits princes

Goldman, Omar Sy, Teddy Riner, Sophie Marceau... Quels diplômes ont obtenu les 5...

Après sa disparition, des messages de haine visent Tom Diversy sur les réseaux s...

Sur les réseaux sociaux, fans et amis bouleversés rendent hommage à Tom Diversy

Dans une lettre touchante, Pamela Anderson dément toute rupture avec Adil Rami

Ce qu'il faut retenir de l'interview de la princesse Caroline

Mis à jour le 14/10/2017 à 16:45 Publié le 15/10/2017 à 11:00
"J’ai touché du doigt dans ce pays ce que peut être un monde hostile aux femmes."

"J’ai touché du doigt dans ce pays ce que peut être un monde hostile aux femmes." Photo Manuel Vitali

Ce qu'il faut retenir de l'interview de la princesse Caroline

La princesse Caroline s'est rendue fin septembre en République Démocratique du Congo pour une visite privée de plusieurs jours sur le terrain.

Un quatrième déplacement en dix ans dans ce pays où, avec l'Association mondiale des Amis de l'Enfance (AMADE Mondiale) qu'elle préside, la princesse de Hanovre a choisi de s'investir auprès d'enfants et de femmes dans des situations souvent, de détresse.

Sa parole est rare et la princesse Caroline a accepté pour Monaco-Matin d’évoquer son engagement pour ce pays.

"LE MEILLEUR CÔTOIE LE PIRE"

Dans cet entretien à lire ce lundi dans Monaco-Matin, la princesse Caroline détaille le projet qu'elle a porté à bout de bras pour aboutir à la création de la première usine de fabrication de protections intimes en République Démocratique du Congo et ainsi contribuer à pallier un problème sanitaire et redonner de la dignité aux femmes.

"Lors de mon précédent séjour en RDC, j’avais été interpellée par les femmes vivant dans le camp de déplacés internes de Mungote, dans la province du Nord-Kivu, sur leur situation sanitaire, l’absence totale d’accès à l’hygiène intime. Face à ce constat, j’avais pris l’engagement de trouver une solution pérenne".

Dans plusieurs villes de RDC, la princesse de Hanovre a visité de nombreux sites soutenus par l'AMADE Mondiale. "La République Démocratique du Congo est un pays singulier où le meilleur côtoie le pire. Nous avons pris le parti de nous attacher au meilleur et de faire germer les pépites que nous y trouvons", explique la princesse dans cet entretien.

"UN MONDE HOSTILE AUX FEMMES"

"J’ai touché du doigt dans ce pays ce que peut être un monde hostile aux femmes. Le récit de ces femmes me confiant dans l’intimité de leurs cases leur quotidien, me réconforte dans mon engagement envers elles et je crois avant tout, au-delà des grands discours, au cercle vertueux que peut insuffler certaines initiatives très concrètes."

"La RDC accueille sur son sol plus d’un demi-million de réfugiés, plus de la moitié sont des femmes ou des enfants. Leur situation est très précaire comme j’ai pu l’observer au sein du camp de Gbadolite (...). J’ai en tout premier lieu ressenti de la lassitude, lassitude de ces femmes qui attendent depuis maintenant dix-sept ans de rentrer chez elles, lassitude face à la bureaucratie, à l’indifférence."


La suite du direct