En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

lundi 01 septembre 2014

20°C

S'inscrire?

Nice ›

Publié le  - 6
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Le fol engouement des - 16670026.jpg
Avec plus de 2 000 rendez-vous dans la plupart des communes des Alpes-Maritimes et du Var, vous n'avez que l'embarras du choix.Frantz Chavaroche
Partager

Du vide-greniers de quartier à l'exposition d'antiquités haut de gamme: nostalgie, curiosité ou envie de "faire une une affaire", nous sommes de plus en plus nombreux à craquer pour les puces.

Qu'est-ce qui annonce plus sûrement les beaux jours qu'un vol d'hirondelles ou la sortie du garage des motos frimeuses et trop chromées ? Les vide-greniers bien sûr ! Il en existe des centaines dans tout le département. Ils sont organisés par les associations de parents d'élèves, par les habitants de quartiers, par des œuvres caritatives… Un vrai phénomène de société attirant chaque week-end des milliers de badauds, venus se balader « pour prendre l'air » et qui repartent avec un lampadaire ou un robot mixeur sous le bras. Ils permettent aux familles de se débarrasser de quelques vieilleries, tout en récupérant trois sous. Mais attention, cette activité est encadrée par la loi : un particulier n'a pas le droit de participer à plus de deux vide-greniers par an. Et il doit y vendre seulement des objets usagés lui appartenant.

Très courues aussi, les brocantes, comme celle du lundi sur le cours Saleya à Nice. Les amateurs viennent fouiner sur les stands des marchands professionnels. Ceux-ci proposent - sans obligation de garantie d'authenticité - des objets d'occasion qu'ils ont rachetés ou récupérés. On y trouve les « successions », services de table, ameublement, bibelots, livres. De tous niveaux et à tous les prix : le bonheur du fouineur !

Les antiquaires ont aussi leurs adeptes. Dans leurs boutiques, c'est le royaume du haut de gamme, des objets de valeur ou de collection, des curiosités dont ils certifient l'authenticité en faisant éventuellement appel à un expert. Sur le port d'Antibes, jusqu'au 23 avril, ce qui se fait de mieux en la matière avec une centaine d'exposants. Une chouette idée balade pour ce week-end, non ?

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
15/04/2012 à 19h12

Mr Gypsis, on ne verra jamais un monde parfait, et ce n'est pas ces vendeurs la qui sortiront plus riches : il n'y a qu'a faire le tour des stands, après avoir payé la place 30 euros, et s'etre réveillé à 4 heures du matin, un dimanche et avoir vendu des veetments pour bébé à 0,50 euros ou 1 euros,ils arriveront à 18 heures avec une dizaine d' euros de plus que les 30 payés; et tout cela vendu a perte puisqu'il s'agit de leurs anciens achats procurés aux prix fort. Tout cette polémique est inutile, il faut chercher ailleurs : par ex chez les organisateurs

15/04/2012 à 18h43

Au cours Saleya et à Garibaldi, là vous avez de vraies brocantes...

15/04/2012 à 10h26

CHARLES EHRMANN.... les badauds l'appellent BAB EL OUED...Et bientôt comme dans quelques quartiers de NICE, les promeneurs du dimanche n'oseront plus y aller ! Certains en on fait "leur brocante" et est désormais (c'est flagrant) réservée à certains et pas à d'autres. Les territoires ça existe ! Monsieur le Préfet, il y a du ménage à faire dans cette économie souterraine !

15/04/2012 à 10h18

Vous faites un sacré mélange : Les "vide greniers" comme Ch. Ehrmann qui tirent plus du vide poubelles n'ont aucune comparaison avec les objets que l'on trouve à Saleya où là, on trouve encore de beaux objets authentiques et vendus par de vrais brocs qui paient des impôts , pour certains qui traversent une période très difficile.... Contrairement aux soi disant associations bidons et leurs organisateurs qui s'en mettent plein les poches, et qui eux, n'ont aucun frais.

15/04/2012 à 10h09

N'IMPORTE QUOI : Il suffit d'aller à Charles Erhmann ou au MIN pour voir toujours les mêmes organisateurs, les mêmes vendeurs. Certains se sont "spécialisés" comme pour (par exemple), les portables "d'occasion" : certains en ont 25 ou 30 à vendre, ce qui assurément n'est pas très clair. Et il n'y a jamais de contrôles. De nombreuses ventes d'objets se font sous le manteau comme les bijoux.... et les "vrais" brocs qui viennent au déballage font de "belles affaires". C'est là aussi un commerce qui permet d'écouler des stocks de provenances douteuses.... Et en toute impunité.

15/04/2012 à 10h00

Quelques "organisateurs" des vide greniers en ont fait une profession.... qui leur rapporte plusieurs milliers par an... et des associations écran qui ne voient rien ou pas grand chose ... et sous l'oeil bienveillant de la préfecture