“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il prétend que son alcoolémie excessive est due à un médicament

Le prévenu s'est engagé à payer une pension de 300 € par mois pour éviter la prison.

La pension alimentaire ou la prison pour l'ex-conjoint violent

Les proxénètes de Beausoleil ont été condamnés : la mère à 10 mois ferme, le fils à 10 mois avec sursis.
	(Illustration Frantz Bouton)

La proxénète aidait des Brésiliens à se prostituer à Monaco

Enième coup de théâtre dans l'interminable affaire Grégory

Ivre, elle se croit sur un circuit et emboutit deux voitures en stationnement

Une quinquagénaire règle sa chirurgie esthétique avec deux chèques en bois

Mis à jour le 16/05/2018 à 19:16 Publié le 17/05/2018 à 08:30
La nature de l’intervention n’a pas été précisée mais elle avait nécessité onze actes.

La nature de l’intervention n’a pas été précisée mais elle avait nécessité onze actes. Illustration archives Nice-Matin

Une quinquagénaire règle sa chirurgie esthétique avec deux chèques en bois

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné une quinquagénaire parisienne à 1.200€ d'amende pour ne pas avoir payé la chirurgienne du CHPG qui lui avait réalisé une opération esthétique.

Scandales sanitaires! Opérations ratées! Habituellement, la chirurgie esthétique n’offre pas toujours une belle image quand elle est évoquée dans les prétoires. Mais l’affaire, abordée mardi par le tribunal correctionnel, a inversé les rôles.

Si cette chirurgienne du CHPG a réussi son intervention, sa patiente, une quinquagénaire parisienne, a foiré au niveau du paiement. La praticienne est venue réclamer ses honoraires à la barre… en l’absence de la prévenue à l’audience pour s’expliquer sur cet acte lourd de conséquence.

Motif: elle était dans...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres