“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Procès Pastor: la police judiciaire de Nice a résisté aux assauts des avocats du...

Une escroquerie à la Madoff en Principauté?

Mis à jour le 22/07/2016 à 05:06 Publié le 22/07/2016 à 05:06
Les avocats de la défense (de gauche à droite) Me Yann Lajoux, avec Mes Auréie Chazottes et Jean Tarmalet, du barreau de Paris, espèrent obtenir la relaxe de leurs clients respectifs.

Les avocats de la défense (de gauche à droite) Me Yann Lajoux, avec Mes Auréie Chazottes et Jean Tarmalet, du barreau de Paris, espèrent obtenir la relaxe de leurs clients respectifs. J.-M.F.

Une escroquerie à la Madoff en Principauté?

La justice monégasque délibère actuellement sur un dossier de cavalerie basé sur la « pyramide de Ponzi ».

Il met en cause un consultant financier et un trader de la société Exelyum basée aux Seychelles, repérés pour avoir exercé sans aucun agrément à Monaco. Ils encourent une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

En Principauté, l'affaire Exelyum ressemble en tout point à la combine utilisée par Bernard Madoff. Pour donner l'impression de rémunérer les investissements de ses clients à des taux exceptionnels, en moyenne 2 % par mois, cette société des Seychelles utilisait tout simplement l'argent des nouveaux contractants pour payer les anciens. Mais ces contrats mensongers, proposés dans le cadre d'une activité commerciale sans autorisation administrative, ont déclenché une enquête du Sicfin en octobre 2012.

Rapidement, la salle de marché située sur le port Hercule était fermée. Le consultant financier était incarcéré pour escroquerie. Son complice, un jeune trader recruté pour former une équipe, affirmait...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct