“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un homme décède en chutant dans la cage d’un ascenseur défectueux, 8 ans après l...

Huit jours avec sursis pour le vol d’un téléphone à la Fnac

Ils écoulent des faux billets de 100€ au casino... et repartent avec 35.000€

« L'individu évoque un contact dans un bureau de change officieux de Milan afin d'obtenir un meilleur taux », a rappelé le magistrat en l'absence des prévenus à l'audience.

3 ans de prison ferme pour le couple aux faux billets

L'acteur et metteur en scène marseillais Philippe Caubère accusé de viol

Un Italien de Monaco détenait 319 fichiers pédopornographiques: 18 mois de prison ferme!

Mis à jour le 28/12/2017 à 14:38 Publié le 28/12/2017 à 14:37
Le coupable utilisait le WiFi du propriétaire à son insu.

Le coupable utilisait le WiFi du propriétaire à son insu. cyril dodergny

Un Italien de Monaco détenait 319 fichiers pédopornographiques: 18 mois de prison ferme!

Le tribunal correctionnel de Monaco a lourdement condamné un Italien de Monaco, qui vivait dans un studio du quartier de l'Annonciade, pour le téléchargement et la détention sur son ordinateur de photos et vidéos mettant en scène des enfants violés. Il utilisait le WiFi du propriétaire de l'appartement, à son insu.

Une succession d’actes sadomasochistes où des enfants sont violés, contraints aux pires sévices. Un cauchemar. C’est ce qu’a trouvé la police dans l’ordinateur d’un individu de 24 ans. Il avait téléchargé tous ces fichiers en "mode fantôme". Cet Italien squattait un studio de la rue Révérend-Père-Louis-Frolla. Avec un anonymat garanti, il utilisait le réseau WiFi du propriétaire et n’apparaissait sous aucune identité ni adresse.

Ni vu ni connu? Heureusement non. Entre le 13 et 14 décembre dernier, dans le cadre d’une opération de surveillance d’un réseau d’échanges, les policiers détectent un...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres