“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Notre reporter a assisté à la première semaine du procès Pastor à Aix: voici ce ...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Procès Pastor: le témoignage de l'enquêteur qui a recueilli les aveux du coach s...

Un homme de 45 ans accusé de viols sur une handicapée mentale

Mis à jour le 25/06/2018 à 10:56 Publié le 25/06/2018 à 10:54
Palais de justice de Draguignan.

Palais de justice de Draguignan. Photo F.M.

Un homme de 45 ans accusé de viols sur une handicapée mentale

La cour d'assises du Var achèvera cette semaine sa sixième session de l'année, avant deux mois de vacations judiciaires. Le conseiller Benoît Delaunay présidera les débats des deux affaires criminelles soumises aux jurés.

Lundi et mardi, un Tunisien de 45 ans devra répondre de viols et de vols sur une handicapée mentale de 41 ans, courant 2014 à Hyères. C'est la mère de la plaignante qui, inquiète du changement de son comportement, avait réussi à susciter ses confidences. Sa fille lui avait révélé avoir été violée à plusieurs reprises par un homme rencontré à Hyères, qui lui avait aussi volé plusieurs bijoux en or. Elle avait été en mesure de la guider jusqu'au domicile de cet homme.

Déficiente intellectuelle à 80% depuis sa naissance, la plaignante a pu décrire les circonstances de sa rencontre avec cet homme, et décrire son logement dans la vieille ville, où il l'avait conduite à trois reprises.

D'après son récit, il lui avait imposé des relations intimes auxquelles elle n'avait pu s'opposer. Identifié, J. A. a été entendu près d'un an après la plainte de cette femme. Selon lui, il s'agissait d'une relation de son ex-épouse, et il ne l'avait ni violée ni volée. Il a ensuite varié, indiquant avoir eu une relation avec la plaignante, mais avec son consentement. Quant aux bijoux, c'est elle qui les lui avait donnés.

Devant la cour, il sera assisté par Me Bertrand Pin, face à Me Cécile Ripert, aux intérêts de la plaignante.


La suite du direct