“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les deux avocats de la défense profitent d'un instant de pause pour s'entendre sur leurs plaidoiries.

Le psychiatre a-t-il escroqué les caisses sociales ?

Pompier électrisé dans un appartement à Monaco: peines confirmées en appel pour ...

Relaxe du maire de Beausoleil Gérard Spinelli dans l'affaire de la tour Odéon: "...

L'ancien porte-parole des victimes de l'attentat de Nice condamné en appel à un ...

Procès de la tour Odéon à Monaco: le maire de Beausoleil Gérard Spinelli et Lino...

Un bon coup d’arrêt porté à la "Münegu Connection"

Mis à jour le 14/02/2018 à 15:27 Publié le 14/02/2018 à 15:26
Le consommateur, également jugé, écope de 10 mois de prison avec sursis et 5 000 € d’amende.

Le consommateur, également jugé, écope de 10 mois de prison avec sursis et 5 000 € d’amende. Photo Cyril Dodergny

Un bon coup d’arrêt porté à la "Münegu Connection"

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné trois dealers et un consommateur de cannabis et cocaïne à de lourdes peines, variant de 10 mois avec sursis à 10 mois de prison ferme.

Joli coup de filet. Après de longues écoutes, filatures et enquêtes des policiers monégasques, trois dealers ont comparu menottés, mardi matin, devant le tribunal correctionnel. Un Italien de San Remo, un Tunisien de Beausoleil et un Français de Menton, détenus à la maison d’arrêt depuis le 21 juillet 2017, ont écopé de peines de prison ferme de dix à six mois.

À ces trois revendeurs s’ajoute un Belge, principal consommateur résidant en Principauté, qui a été condamné à dix mois d’emprisonnement avec sursis et 5.000 euros d’amende. C’est l’histoire d’un ex-gestionnaire de fortune de 54 ans, de nationalité belge, aujourd’hui sans profession. Devenu dépressif au cours du mois de février 2014, il glisse progressivement vers une consommation de stupéfiants quasi quotidienne. Cette montée en gamme englobe vite herbe et résine de cannabis. Jusqu’à la cocaïne.

Pour satisfaire ses addictions, il a ses fournisseurs attitrés: un serveur italien de 56 ans, récidiviste; un agent d’opération au sol de l’héliport, de nationalité tunisienne et âgé de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres