“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: le guetteur soupçonné d'avoir participé à l'assassinat de la mill...

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

Un Beausoleillois détenait un millier de fichiers pédopornographiques...

Mis à jour le 11/05/2018 à 13:05 Publié le 11/05/2018 à 13:02
Le tribunal a réclamé une expertise psychiatrique du prévenu.

Le tribunal a réclamé une expertise psychiatrique du prévenu. Photo Cyril Dodergny

Un Beausoleillois détenait un millier de fichiers pédopornographiques...

Le tribunal correctionnel de Monaco devait juger, mardi 8 mai, un jeune Beausoleillois pour la détention de 1.083 fichiers et 15 vidéos à caractère pédopornographique, entre le 4 août 2013 et le 6 octobre 2016. L'affaire a été renvoyée au 26 juin.

Les magistrats ont jugé bon de renvoyer l’affaire à une date ultérieure, afin d’avoir en mains toutes les pièces nécessaires au moment du procès.

Compte tenu de la nature des faits reprochés, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle a remarqué qu’il n’y avait aucune expertise psychiatrique jointe au dossier. Une lacune relayée par le premier substitut Olivier Zamphiroff. Et pour cause: cet examen apparaît particulièrement utile pour la manifestation de la vérité. Surtout pour la connaissance d’une éventuelle pathologie de ce Beausoleillois, âgé de 20 ans au moment des faits.

Une telle expertise permet également d’obtenir un meilleur éclairage sur la personnalité de ce prévenu passablement accro à la pédopornographie. Ou encore de connaître les véritables raisons de cette immersion volontaire dans l’univers sordide des images mettant en scène des enfants dans des situations dégradantes et violentes.

Après en avoir délibéré, le tribunal a estimé nécessaire cet avis médical en supplément et l’affaire a été reportée au mardi 26 juin.

à partir de 1 €


La suite du direct