“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Affaire Pastor: le fournisseur des munitions entendu par la cour d’assises

Procès Pastor: le tireur nie toute implication dans l'assassinat de la milliarda...

Maurice et Aurélien Giovanacci, dont le garage du Mouriez a brûlé, avec le propriétaire de la maison où les jeunes locataires avaient imprudemment allumé un barbecue.

Incendie de Castagniers : le barbecue de la discorde

À la sortie de la salle d'audience, hier, au palais de justice de Grasse.

Un an requis contre le tueur du chien Cacahuète Qu'on comprenne que ça suffit !

Procès Pastor: le guetteur soupçonné d'avoir participé à l'assassinat de la mill...

Trois ans de prison pour le vol ... de crème anti rides

Mis à jour le 05/01/2016 à 05:13 Publié le 05/01/2016 à 05:13
C'est dans les locaux d'Arkopharma à Carros (ici lors d'une visite des chaînes de production) que s'est déroulé le vol le soir de la fête de la musique en juin 2015.

C'est dans les locaux d'Arkopharma à Carros (ici lors d'une visite des chaînes de production) que s'est déroulé le vol le soir de la fête de la musique en juin 2015. archive Cyril Dodergny

Trois ans de prison pour le vol ... de crème anti rides

Trois jeunes hommes qui avaient dérobé plus de 9 000 flacons de crèmes chez Arkopharma comparaissaient hier devant le tribunal de Grasse. Un drôle de vol qui les a conduits en prison

Les audiences du tribunal correctionnel encapsulent souvent des histoires au premier abord invraisemblables. Ce petit théâtre de la criminalité ordinaire vire parfois au sordide, souvent au pathétique. Quel réalisateur croirait en effet, une seconde, au scénario de trois cambrioleurs dérobant pour 98 000 euros de crème anti rides, sans être capables par la suite de la refourguer ?

C'est pourtant bien le procès de ces trois « branquignoles », comme les ont qualifiés eux-mêmes leurs avocats, qui s'est tenu hier au tribunal correctionnel de Grasse, présidé par Marc Joando. Un soir de fête de la musique, le 21 juin dernier,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct