“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Procès Pastor: le témoignage de l'enquêteur qui a recueilli les aveux du coach s...

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

Saoul sur son scooter, il touche les fesses d'une passante

Mis à jour le 16/02/2016 à 09:48 Publié le 16/02/2016 à 09:49
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. (Photo Cyril Dodergny)

Saoul sur son scooter, il touche les fesses d'une passante

Excepté dans le célèbre texte philosophique de Platon, "Le Banquet", ivresse et fesses ne font pas toujours bon ménage. Ce genre de comportement a été évoqué devant le tribunal correctionnel de Monaco dans le cadre d’une affaire de conduite sous l’empire d’un état alcoolique.

Le 28 juillet dernier, vers 3 heures, un bagagiste du Fairmont Monte-Carlo roule à scooter sur la place du Casino. Son regard est attiré par les fesses d’une jolie passante. Émoustillé, sa main devient vite baladeuse...

Outrée par le geste, la victime alerte les policiers et donne une description du conducteur indélicat.

Les moyens de communication de la Sûreté publique permettent de localiser rapidement le jeune homme. «Il est aussitôt interpellé au carrefour de la Madone, relate le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Les agents constatent son état d’ivresse et contrôlent le taux qui affichera une alcoolémie de 0,72 mg/l.»

Le prévenu a reconnu les faits et il avoue avoir bu du vin blanc à Roquebrune-Cap-Martin et à Nice.

Dans son réquisitoire, le procureur Alexia Brianti justifiera l’intervention policière par des attouchements désagréables envers une femme. «Mais comme il n’y a pas eu de dépôt de plainte de la victime, cette infraction ne sera pas retenue. En revanche, vous sanctionnerez ce monsieur pour son état d’ivresse, dont je note une condamnation similaire en France. La peine doit être dissuasive: de la prison assortie du sursis avec une amende de 200€.»

Le tribunal suivra en partie les réquisitions du ministère public en prononçant une condamnation de cinq jours de prison avec sursis.


La suite du direct