“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: "140.000 euros, le prix du double assassinat", selon le commissai...

L'audience de libération conditionnelle du faux docteur Jean-Claude Romand renvo...

Procès Pastor: les enquêteurs de la police judiciaire de Nice à la barre ce mard...

Il avait inspiré littérature et cinéma... Le faux docteur Romand demande à sorti...

Gildo Pallanca-Pastor, le fils de la défunte, lors de son arrivée hier après-midi au palais de justice d'Aix-en-Provence avec ses deux avocats Gérard Baudoux et Thomas Giaccardi.

Pastor : l'un plaide coupable, les autres se disent innocents

L'horloger contrôlait-il un marché parallèle pour les montres volées ?

Mis à jour le 29/03/2017 à 11:23 Publié le 29/03/2017 à 05:13
« Plusieurs montres ont été volées », note le président Bellinzona.

« Plusieurs montres ont été volées », note le président Bellinzona. Image d'llustration Archives NM

L'horloger contrôlait-il un marché parallèle pour les montres volées ?

L’horlogerie du boulevard des Moulins offrait-elle toutes les facilités pour "blanchir" des montres de marques prestigieuses dérobées frauduleusement?

Confidentialité et anonymat étaient garantis: omission d’inscription sur le livre de police et transactions effectuées en numéraires! Un mécanisme des plus simples alimentait un marché parallèle et porteur! Il était évoqué à l’audience, toutes montres confondues, une moyenne de trois cent cinquante unités vendues annuellement pour un chiffre d’affaires de 4.700.000 euros!

En fait, la justice s’est penchée sur ce dossier à la suite d’une plainte déposée par une victime pour les vols d’une Jaeger-LeCoultre et d’une Patek Philippe lui appartenant, après les avoir reconnues dans la vitrine de la boutique. À l’issue de deux ans d’enquête, le gérant, soupçonné de recel, a comparu devant le tribunal correctionnel. Le ministère public a réclamé une peine de douze mois d’emprisonnement avec sursis, 100.000 euros d’amende et la confiscation des montres.

Dans cet épais dossier,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct