“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Procès Pastor: le témoignage de l'enquêteur qui a recueilli les aveux du coach s...

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Les "loups" de la place financière condamnés

Mis à jour le 29/07/2016 à 11:20 Publié le 29/07/2016 à 11:17
La forte lignée des avocats défenseurs.De gauche à droite : Maîtres Arnaud Cheynut, Julien Darras et Gérard Baudoux (du Barreau de Nice), Christophe Ballerio, Thomas Giaccardi et Jean-Charles Gardetto.

La forte lignée des avocats défenseurs.De gauche à droite : Maîtres Arnaud Cheynut, Julien Darras et Gérard Baudoux (du Barreau de Nice), Christophe Ballerio, Thomas Giaccardi et Jean-Charles Gardetto. Photo J.-M. F.

Les "loups" de la place financière condamnés

Quatre traders britanniques consommateurs de cocaïne ont écopé de sursis et lourdes amendes. Leurs trois dealers ont été condamnés à un an, trente mois et cinq ans de prison ferme

L’argent, ladrogue, l’alcool et bien d’autres tentations étaient à portée de main pour quatre traders britanniques de la place monégasque! Trop n’étaient jamais assez pour ces professionnels de la Bourse! Quand ils ont comparu devant le tribunal correctionnel, leurs récits pour décupler leurs facultés physiques et psychologiques dans les marchés financiers grâce aux stupéfiants, ont rappelé des scènes du film Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese, avec Leonardo DiCaprio!

L’affaire éclate en avril 2014 à partir de dénonciations anonymes. Des employés bancaires consomment de la cocaïne en grande quantité. Très vite l’enquête se dirige vers les milieux boursiers de la Principauté. Il est alors notoire qu’après leurs salles de marché, «Le Jack», établissement sur le port Hercule, est devenu pour ces anglo-saxons leur «maison blanche». Les lignes téléphoniques y ont été remplacées par les lignes «sniffées».

Ils ne se cachent même pas. Au cours de leurs multiples allers et retours aux...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct