“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Le "Spiderman cambrioleur" lourdement condamné

Mis à jour le 06/05/2016 à 05:09 Publié le 06/05/2016 à 20:40
Le tribunal correctionnel est allé au-delà des peines requises par le parquet.

Le tribunal correctionnel est allé au-delà des peines requises par le parquet. Photo Cyril Dodergny

Le "Spiderman cambrioleur" lourdement condamné

En fuite au Liban, un voleur en série, qui s'était attaqué à un appartement de cet immeuble situé à la frontière franco-monégasque le 13 novembre 2014, a été lourdement condamné

Personne dans le box ! Depuis longtemps, le prévenu, un cambrioleur professionnel multirécidiviste, a trouvé refuge au Liban pour se mettre à l'abri des éventuelles poursuites judiciaires.

Mais la justice monégasque ne lâche pas prise aussi facilement. Malgré son absence, Franck Cabrera, un quadragénaire marseillais, a été jugé par défaut, mardi, par le tribunal correctionnel et condamné à deux ans de prison ferme pour vol plus mandat d'arrêt.

Spiderman

Retour à cette soirée du 13 novembre 2014 où une résidente de l'immeuble « Le Bermuda » est victime d'un audacieux «Spiderman cambrioleur». Comme elle rentre de voyage, épuisée, elle dépose ses bagages à l'entrée de son appartement et va se coucher sans transition. Très tôt le lendemain matin, cette femme est réveillée par une porte qui claque.

Elle se lève et constate, hérissée, le vol de ses affaires.

Dans sa description des faits, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle met en exergue la situation de cette résidence située en bordure de l'avenue Hector-Otto, côté Principauté, et en partie mitoyenne avec la Moyenne-Corniche en territoire français.

« D'après les enquêteurs, le voleur aurait privilégié cette partie-là afin de pénétrer par la cage d'escalier. Il grimpe jusqu'au dernier étage, accède au toit puis l'enjambe pour atteindre la terrasse. Pour pénétrer dans l'appartement convoité, il soulève le store, se saisit des bagages et ressort normalement en ouvrant avec les clés… »

Les fins limiers de la Sûreté publique comprennent vite que l'homme ne doute de rien. Il est audacieux et n'a pas peur du vide. Ce doit être un « pro ». Et les empreintes digitales comme les traces ADN relevées leur donnent raison. Le cambrioleur, identifié, est très connu en France - son casier judiciaire compte treize mentions - mais aussi à Monaco (deux condamnations) et en Suisse pour vol.

Il devait être mis sous bracelet électronique, mais il ne s'est jamais présenté. Plusieurs mandats d'arrêt ont été lancés à son encontre.

Mandat d'arrêt

Pour la partie civile, Me Patrice Lorenzi évoque « des faits graves commis par cet homme constamment armé et dont le préjudice n'est pas dérisoire : il est estimé à 50 000 € ».

Pour sa part, le procureur Alexia Brianti qualifie ce vol d'inquiétant. « Cela démontre un repérage préalable et parfaitement étudié. Le prévenu était prêt à tout. Et quelle personnalité ! Une mesure de refoulement avait été prononcée en 2006, mais l'homme est passé outre… »

Une peine ferme de dix-huit mois et un mandat d'arrêt seront requis. Le tribunal en ajoutera six de plus !


La suite du direct