“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Le prévenu devient victime à la barre du tribunal

Mis à jour le 24/08/2017 à 16:09 Publié le 24/08/2017 à 16:04
©PHOTOPQR/NICE MATIN/Cyril Dodergny ; Monaco le 08/01/2013 - Marc Schonbroodt, 53 ans, Belge, s'est poignardé au tribunal de Monaco en entendant la confirmation d'un jugement pour lequel il avait fait appel.

Le prévenu devient victime à la barre du tribunal

Dans notre édition du 19 août 2017, nous évoquions l’extradition d’un ressortissant finlandais par les autorités allemandes dans le cadre d’un mandat d’arrêt international lancé par la justice monégasque.

 Absent à l’audience à l’époque, le tribunal correctionnel avait condamné par défaut cet auxiliaire spécialisé dans l’aide aux personnes handicapées, à une peine d’un an de prison ferme.

L’infraction reprochée à ce Camerounais d’origine? Une escroquerie par le biais d’un faux ordre de virement de 2.700.430 euros adressé au Crédit du Nord de Monaco afin d’alimenter frauduleusement un compte bancaire à Varsovie.

En mai 2014, une riche anglaise veut clôturer son compte offshore dans cette banque. À la lecture de la balance des mouvements, elle constate un débit de 27.000 euros, crédités sur un autre compte d’une banque polonaise au nom du prévenu.

En fait, il avait été demandé initialement 35.000 euros par courriel. Mais à cause d’une insuffisance de provisions, l’agence bancaire locale exécutait l’opération en transférant le seul solde disponible. La cliente britannique déposait plainte et les enquêteurs de la Sûreté publique arrivaient à remonter jusqu’au fameux compte inactif en Pologne.

Le parquet requiert la relaxe

"Vous avez fait opposition au jugement le 25 octobre dernier, car vous contestez avoir ouvert ce compte à Varsovie et envoyé le mail au Crédit du Nord, rappelle le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. Alors, comment expliquez-vous qu’une autre personne ait pu entreprendre pareilles démarches en prenant votre identité?"

L’intéressé évoque une histoire de passeport perdu et il fait rapidement "le lien avec ce document d’identité délivré par la République du Cameroun, dont je ne souviens plus du numéro, utilisé sans doute frauduleusement par un escroc. Je n’ai jamais vécu en Pologne! Je n’y suis même jamais allé. De plus, à l’époque des faits, j’étais en période de stage d’apprentissage du finnois. Regardez bien la signature sur les documents saisis: elle est différente de la mienne."

Après un rappel du dossier, le procureur Cyrielle Colle conclura par un "manque d’éléments suffisants pour condamner ce Monsieur et vous devrez prononcer la relaxe!"

Ce dernier mot réjouit la défense, ravie d’entendre pareilles réquisitions.

"Mon client a été abusé, ajoutera l’avocat Clyde Billaud. Qui était le véritable auteur de ces démarches? La conseillère de gestion a pu se méprendre sur les adresses…"

Le conseil insistera sur "les courriels écrits dans un français parfait. Or, la personne dans le box est anglophone et sa seconde langue est le finlandais. C’est dommage de ne pas avoir la copie du fameux passeport avec la photo de son détenteur qui s’est présenté au guichet… Une adresse au Cameroun? Mon client n’y réside plus depuis 2007. Rien ne correspond et cette procédure lui pose un sérieux préjudice financier. Après six semaines d’incarcération, il est heureux de prouver la véracité de ses allégations. C’est une victime! Sa condamnation serait dramatique pour son avenir professionnel…"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public. Dans le prétoire, toutes les personnes présentes se félicitent de cette décision. En même temps, le prévenu innocenté promettait de poursuivre inlassablement ses recherches afin de traquer le véritable individu qui a usurpé son identité! Un prochain épisode judiciaire en perspective?


La suite du direct