“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: le guetteur soupçonné d'avoir participé à l'assassinat de la mill...

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

Le directeur financier consommait aux frais de la SBM

Mis à jour le 29/11/2016 à 05:12 Publié le 29/11/2016 à 22:15
Le tribunal de Monaco.Illustration Palais de Justice de Monaco

Le tribunal de Monaco.Illustration Palais de Justice de Monaco Photo Michaël Alesi

Le directeur financier consommait aux frais de la SBM

Un Néerlandais a comparu menotté devant le tribunal correctionnel pour des faits de grivèlerie. Le fraudeur a été condamné à 15 jours de prison ferme.

La liste des délits de grivèlerie ne cesse de s'allonger dans les établissements monégasques. Comme cette infraction repose sur la ferme volonté du client de ne pas régler l'addition au restaurateur, le fraudeur, s'il est rattrapé, finit le plus souvent menotté devant le tribunal correctionnel.

Un directeur financier en a fait les frais. Il devra se contenter de la seule popote de la maison d'arrêt pendant quinze jours.

C'est l'histoire d'un Néerlandais de 33 ans prêt à succomber aux fastes culinaires des établissements de la SBM. Le 15 novembre, à partir de 18 h 20, il fait bombance au Café de Paris. Plats froids et homard sont servis, agrémentés de plusieurs verres de champagne et de whisky prestigieux.

Arrivé à satiété, le gourmet, bien alcoolisé, est dans l'impossibilité de payer la note de 665 €…

"Quand la police arrive, précise la présidente Magali Ghenassia, Monsieur est très agité. Comme il est impossible de l'interroger, il est conduit au CHPG. Ce n'est pas la première fois. Vous avez été interpellé pour des faits identiques le 11 novembre pour une addition impayée de 1.280 € à l'Hermitage où vous avez commandé du champagne Cristal Roederer à 800 €! Cela fera l'objet d'une prochaine comparution devant ce même tribunal. Vous avez des problèmes avec la boisson?"

Le prévenu répond par l'affirmative avec des conséquences de delirium tremens. "Comme j'étais ivre, les policiers m'ont conduit à l'hôpital afin de pratiquer des tests. Je n'avais pas assez de sous, et une carte de crédit sur moi. Je voulais me rendre au consulat des Pays-Bas pour demander de l'argent. Mais…"

Le premier substitut Olivier Zamphiroff met aussitôt fin aux inepties.

"Cette procédure démontre des faits de grivèlerie. Cet homme a de l'argent que l'on n'a jamais vu. Pour les faits du 11 novembre, les arguments étaient similaires. Il avait été remis en liberté pour une citation en mars prochain. Vous avez là une personne qui a décidé de s'amuser dans les établissements de la SBM. C'est un primo-délinquant. Mais il ne doit pas croire à l'impunité. Oui pour un mois de prison ferme."

Or, la défense se demande si cette répression était fondée.

"Est-ce le cas d'une personne qui sait être dans l'impossibilité absolue de payer ou qui est déterminée à ne pas payer ? lance Me Raphaëlle Svara. Non! Mon client dit avoir de l'argent et il ne s'est pas esquivé. Il avait seulement trop bu. Il est sous Valium… À cause de son passif, on a alerté la police. Je sollicite sa relaxe…"

Le tribunal condamnera le prévenu à quinze jours de prison ferme.

à partir de 1 €


La suite du direct