“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Procès Pastor: la police judiciaire de Nice a résisté aux assauts des avocats du...

L'agent de sécurité volait des tickets-restaurant pour manger

Mis à jour le 27/01/2018 à 16:52 Publié le 27/01/2018 à 16:50
« Je n'avais plus d'argent (...) J'avais faim », a plaidé le prévenu.

« Je n'avais plus d'argent (...) J'avais faim », a plaidé le prévenu. Photo Archives NM.

L'agent de sécurité volait des tickets-restaurant pour manger

L'homme avait volé, d'octobre 2016 à août 2017, 70 titres dans une entreprise de Monaco où il intervenait de nuit.

Pour les vols en entreprise, le plus souvent on évite de porter ce genre de déviance devant la justice afin d'éluder une mauvaise image de la boîte.

Mais au sein de SBM Offshore, considéré comme le plus gros employeur privé de la Principauté, pas question d'étouffer l'affaire.

Sept employés n'ont pas apprécié la disparition de quelque soixante-dix tickets-repas et ont déposé plainte pour ces vols commis sur leur lieu de travail, entre le 20 octobre 2016 et le 8 août 2017.

Bizarrement, aucune des victimes n'étaient présentes à l'audience afin de se constituer partie civile. Peut-être pour ne pas accabler plus encore la personne identifiée?

"Je me doutais bien que j'allais me faire prendre"

Un quadragénaire s'avance à la barre du tribunal correctionnel. C'est le coupable!

Cet agent de sécurité résidant au Cros-de-Cagnes a profité de ses fonctions lui permettant d'intervenir, la nuit, dans les locaux de l'entreprise pour opérer en toute tranquillité.

Pas vu pas pris?

Le prévenu a sous-estimé le potentiel d'investigation des enquêteurs de la Sûreté publique. Rapidement, grâce au pistage informatique, ils ont déjà une perception de l'aigrefin. Plus l'image! Le soir du 3 août dernier, les limiers monégasques voient apparaître sur les enregistrements de la vidéosurveillance l'individu. Il s'affaire à écumer les bureaux à la recherche d'objets alors qu'il n'a aucune raison d'y pénétrer…

"Plusieurs personnes ont remarqué que des tickets-restaurant leur appartenant disparaissaient de leurs tiroirs, rappelle le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Une victime indique aussi la soustraction d'une alliance… Pourquoi un tel vol?"

Le prévenu réfute aussitôt avoir extorqué l'anneau. En revanche, il reconnaît, sans réticence aucune, les faits pour les tickets. "Je vivais une mauvaise période, explique-t-il. Je n'avais plus d'argent pour vivre. J'avais faim. Alors je volais ces moyens de paiement pour manger. Je me doutais bien que j'allais me faire prendre un jour…"

"Une addiction de parcours"

C'est évident! Même si le prévenu avait mis à profit sa parfaite connaissance des modes de protection utilisés par les sociétés et opté pour un genre de chèque facile à écouler dans la plus parfaite discrétion.

"Vos casiers sont vierges. Où en êtes-vous aujourd'hui?", ponctue le magistrat. "Je vis chez ma frangine et je vois mon gamin de temps en temps. Je sors d'une dépression et je suis suivi médicalement. Je me sens prêt à repartir sur le droit chemin. Je suis désolé de mon comportement…"

La sœur, présente dans la salle, témoigne, à l'invitation du président, du retour à la normale de son frère: "Il ne boit plus. Il a également rendez-vous prochainement dans un établissement spécialisé afin de poursuivre ses soins…"

Sur un ton presque paternel, le premier substitut, Olivier Zamphiroff, propose de "considérer ce dossier comme une addiction de parcours. Ce n'est pas toutefois un patient, mais une personne qui doit répondre d'une faute pénale. Vous avez les conditions qui permettent au prévenu de poursuivre une vie sociale : pas de partie civile et primo-délinquant ! Ne le barrez pas de la Société. "

5.000 euros d'amende avec sursis seront requis.

Après en avoir délibéré, le tribunal relaxera le fautif pour le vol de l'alliance et le condamnera à une peine de 1 000 euros d'amende avec sursis pour les autres faits.

à partir de 1 €


La suite du direct