“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Interpellé après 2 ans de cavale, le "parrain" marseillais Gérald Campanella mis en examen pour assassinat en bande organisée

Mis à jour le 09/11/2017 à 07:24 Publié le 09/11/2017 à 07:16
Gérard Campanella

Gérard Campanella Photo DR

Interpellé après 2 ans de cavale, le "parrain" marseillais Gérald Campanella mis en examen pour assassinat en bande organisée

Gérald Campanella, considéré comme l'un des "parrains" du crime organisé à Marseille, a été mis en examen mercredi notamment pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs, a-t-on appris auprès de sources concordantes.

Mercredi soir, Gérald Campanella a été mis en examen pour assassinat en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de commettre un assassinat, port et transport d'armes, acquisition et cession d'armes et détention de faux documents administratifs.

>> RELIRE. Une figure du grand banditisme marseillais en cavale interpellée

L'homme, âgé de 49 ans, était sous le coup d'un mandat d'arrêt. Il a été interpellé après que la police a intercepté des contacts téléphoniques.

Il faisait l'objet d'une commission rogatoire, émise par un magistrat de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), qui traite notamment la criminalité organisée. "Nous contestons l'association de malfaiteurs, puisque toutes les personnes présentées dans ce dossier ont été relâchées, et l'assassinat", a commenté Me Jean-Jacques Campana, son avocat, , ajoutant que "la seule découverte de son ADN sur une douille parmi 50 ne permet pas de l'incriminer".

Fiché au grand banditisme, Gérald Campanella a été condamné en 2005 à une peine de cinq ans de prison pour un dossier d'escroquerie. Parti en Floride, il avait déjà été arrêté peu après un premier retour en France, en juin 2010, lors d'un coup de filet dans le milieu corso-marseillais, sur fond d'enquête liée à des machines à sous.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres