“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: "140.000 euros, le prix du double assassinat", selon le commissai...

L'audience de libération conditionnelle du faux docteur Jean-Claude Romand renvo...

Procès Pastor: les enquêteurs de la police judiciaire de Nice à la barre ce mard...

Il avait inspiré littérature et cinéma... Le faux docteur Romand demande à sorti...

Gildo Pallanca-Pastor, le fils de la défunte, lors de son arrivée hier après-midi au palais de justice d'Aix-en-Provence avec ses deux avocats Gérard Baudoux et Thomas Giaccardi.

Pastor : l'un plaide coupable, les autres se disent innocents

Ils paient 600 euros chacun pour un séjour dans un palace de Monaco et passent finalement la nuit... au poste

Mis à jour le 25/10/2017 à 09:21 Publié le 25/10/2017 à 09:20
600€ le sandwich et la nuit au poste de police: les deux compères se souviendront longtemps de leurs vacances à Monaco.

600€ le sandwich et la nuit au poste de police: les deux compères se souviendront longtemps de leurs vacances à Monaco. Photo archives Eric Dulière

Ils paient 600 euros chacun pour un séjour dans un palace de Monaco et passent finalement la nuit... au poste

Deux amis d'enfance marseillais avaient rêvé de s'offrir quelques nuits dans un luxueux palace de la Principauté. Mais les tarifs faisaient avorter le projet tant espéré...

Jusqu'au jour où ces copains se retrouvent dans un bar à chicha de la cité phocéenne au cours du mois de juillet. Le hasard les conduits à rencontrer un homme qui se prétend appartenir au groupe Accor.

Au fil de la discussion, l'agent ne tarde pas à leur proposer 30% de réduction sur le prix d'un court séjour au Novotel de Monte-Carlo. Marché conclu!

Sans le savoir, ces aventuriers versaient chacun la somme de 600 euros en espèces à un escroc. Ce dernier a bien effectué la réservation avec la bonne identité d'un des Marseillais! Mais avec les références d'une carte bancaire frauduleuse.

Finalement, en guise de chambre d'hôtel les deux amis se sont retrouvés dans l'antichambre de la Sûreté publique. Et pour la suite, devant le tribunal correctionnel.

"Pourtant je suis assez méfiant..."

Les raisons? Un résident de Monaco reçoit le 19 juillet 2017 un courriel pour le prévenir d'une réservation établie pour deux personnes avec sa carte bancaire.

Il alerte aussitôt les policiers car il n'a jamais fait pareille demande. Les enquêteurs préparent un piège.

Ils s'accordent avec le personnel du palace afin d'être informés dès leur arrivée dans la chambre.

Une fois installés, les deux "clients" sont interpellés pour avoir utilisé les coordonnées volées à une tierce personne et s'expliquer…

Un des prévenus est présent à l'audience (l'autre s'est excusé par courrier). "Pourtant je suis assez méfiant, déclare-t-il. Mais je voulais m'offrir ces vacances. Alors on a recontacté le bonhomme et il s'est occupé de la réservation de l'hôtel. On a même vérifié… Puis nous avons effectué le paiement en liquide à la gare Saint-Charles…" 

"Négligence coupable?"

Le président Florestan Bellinzona, mi-dubitatif mi-caustique, trouve le comportement étrange.

"Vous achetez un séjour à une personne que vous ne connaissez pas dans un bar à chicha. Vous n'avez pas son numéro de téléphone ni son nom de famille… Cela ne vous a pas semblé bizarre ni alerté? Quelque chose ne va pas… Pourquoi n'avez-vous pas vérifié les vrais tarifs? Sur Booking, vous auriez payé 627,20 euros. Cet individu indélicat vous a fait économiser 27 euros pour une nuit au poste de police et un sandwich…"

Réaction tardive à la barre. "Je suis venu en vacances et je me retrouve en garde à vue. Je suis vraiment désolé de ce qui s'est passé… J'ai pris conscience de n'avoir pas réfléchi… Je ne le ferai plus jamais. Nous avons d'ailleurs déposé plainte au commissariat de Marseille pour escroquerie." 

Comme leurs casiers sont vierges, la représentante du Parquet général réclamera une peine symbolique de 300 euros. Ont-ils eu conscience de l'origine frauduleuse de l'offre présentée?

La réservation a été faite la veille afin de laisser le moins de temps à la victime pour réagir. Et au procureur Cyrielle Colle de poursuivre: "Considérerez-vous leur négligence coupable, car plus c'est alléchant plus il y a un problème? On n'achète pas un séjour de deux nuits dans la rue à un inconnu. Cela leur a coûté 600 euros à chacun et sans pouvoir profiter de la chambre. Vous opterez pour 300 euros d'amende…" 

Après en avoir délibéré, le tribunal prononcera la relaxe.


La suite du direct