“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: le témoignage de l'enquêteur qui a recueilli les aveux du coach s...

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Elle vole des bouteilles de rhum en les glissant dans son pantalon

Mis à jour le 08/12/2016 à 05:08 Publié le 08/12/2016 à 09:00
Le tribunal de Monaco.Illustration Palais de Justice de Monaco

Le tribunal de Monaco.Illustration Palais de Justice de Monaco Photo Michaël Alesi

Elle vole des bouteilles de rhum en les glissant dans son pantalon

On peut être en "liberté surveillée" dans un supermarché. Mais rien à craindre si on n'a rien à se reprocher.

En revanche, une Cap-d'Ailloise au comportement bizarre a été "dénoncée" par la vidéosurveillance pour clarifier un vol de plusieurs bouteilles de rhum à l'Intermarché de l'avenue Hector-Otto.

À l'issue de sa comparution devant le tribunal correctionnel, cette mère de famille de 48 ans a écopé d'une peine de quinze jours d'emprisonnement avec sursis, mise à l'épreuve pendant trois ans et obligation de soins.

Le 29 mars 2016, le gérant de la supérette avait déjà de forts soupçons sur l'audacieuse cliente. Alors, il la piste à partir des rayons jusqu'à son scooter. Il voit cette femme sortir plusieurs bouteilles d'alcool de son pantalon et partir. Il visionne les bandes enregistrées par les caméras et obtient la preuve indubitable du vol de bouteilles.

Convoquée à la Sûreté publique, la fautive reconnaîtra les faits. Une bouteille sera rendue, l'autre payée.

"J'ai décidé de me soigner"

"Pour quelle raison, lui demande le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle, vous commettez un tel geste? Il n'est pas question du manque d'argent! Vous aviez 50€ sur vous et le coût des bouteilles ne dépassait pas 32€." La prévenue avoue: "C'est vrai. Mais j'ai des problèmes d'alcool…"

Étonnement du magistrat: "Vous aviez déjà été condamnée pour des faits identiques à un mois avec sursis. Et quinze jours plus tard vous recommencez. Sur votre casier français, il y a une condamnation pour conduite en état d'ivresse…"

La tête baissée la femme reconnaît: "Très perturbée par le décès de mon père, je me suis mise à boire. Mais j'ai décidé de me soigner et actuellement je suis suivie par un psychiatre. Je ne travaille pas. Mais pour m'en sortir j'ai entrepris une formation de secrétaire médicale."

Clémence des juges

Les réquisitions du premier substitut Olivier Zamphiroff ne tendront pas à la béatitude. "Certes, il est difficile de sortir d'une addiction. Mais je ne vais pas considérer la prévenue comme une patiente. Dans mon tiroir, je n'ai aucun comprimé. Mais un Code! Les promesses de la précédente condamnation ne sont pas tenues. À quoi sert d'empiler les rappels? Une peine de détention devrait faire réfléchir Madame: deux week-ends à la maison d'arrêt afin de tourner définitivement la page."

Me Dominique Salvia, du barreau de Nice, proteste. "Ma cliente n'a pas besoin de la prison pour prendre conscience de son mal! Elle a eu la volonté de suivre une cure de juin à novembre au CHPG. Elle a pu identifier ce qui la poussait à boire. Elle suit une thérapie, elle est mariée et elle va être grand-mère à la fin de l'année. Soyez humains! Même si vous avez une robe noire à la place de la blouse blanche du médecin."

Le tribunal comprendra le message et acquiescera à la demande de clémence.


La suite du direct