“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Je cherche quelqu’un pour liquider la vieille, tu peux m’aider?": le témoignage...

Affaire Pastor: le fournisseur des munitions entendu par la cour d’assises

Procès Pastor: le tireur nie toute implication dans l'assassinat de la milliarda...

Maurice et Aurélien Giovanacci, dont le garage du Mouriez a brûlé, avec le propriétaire de la maison où les jeunes locataires avaient imprudemment allumé un barbecue.

Incendie de Castagniers : le barbecue de la discorde

À la sortie de la salle d'audience, hier, au palais de justice de Grasse.

Un an requis contre le tueur du chien Cacahuète Qu'on comprenne que ça suffit !

Deux jeunes volent un fourgon à Monaco et s'encastrent dans un mur en Italie

Mis à jour le 18/12/2017 à 20:02 Publié le 18/12/2017 à 19:40
Les deux employés du Louis XV écopent de quatre mois de prison avec sursis.

Les deux employés du Louis XV écopent de quatre mois de prison avec sursis. Photo Jean-François Ottonello

Deux jeunes volent un fourgon à Monaco et s'encastrent dans un mur en Italie

Deux jeunes d'une vingtaine d'années, employés commis de cuisine au Louis XV, ont été condamnés à quatre mois de prison avec sursis pour le vol d'un véhicule utilitaire, le 9 janvier dernier rue du Portier, à Monaco.

On se doutait bien que les deux prévenus ne seraient pas présents à l’audience afin de comparaître devant le tribunal correctionnel pour le vol d’un véhicule. D’autant qu’il s’agit de personnes sans domicile connu. Dès lors, les adresses où sont envoyées les convocations ont toutes les chances de ne plus correspondre du jour au lendemain.

Mais au fil des débats, il s’est avéré que ces deux commis de cuisine, âgés d’une vingtaine d’années, n’avaient pas du tout l’intention de dérober l’utilitaire le 9 janvier dernier. Leur défense? C’était plutôt l’occasion, provoquée par un étrange concours de circonstance, qui les a transformés en larrons.

Commis de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct