“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Je cherche quelqu’un pour liquider la vieille, tu peux m’aider?": le témoignage...

Affaire Pastor: le fournisseur des munitions entendu par la cour d’assises

Procès Pastor: le tireur nie toute implication dans l'assassinat de la milliarda...

Maurice et Aurélien Giovanacci, dont le garage du Mouriez a brûlé, avec le propriétaire de la maison où les jeunes locataires avaient imprudemment allumé un barbecue.

Incendie de Castagniers : le barbecue de la discorde

À la sortie de la salle d'audience, hier, au palais de justice de Grasse.

Un an requis contre le tueur du chien Cacahuète Qu'on comprenne que ça suffit !

Deux ans de prison pour un chèque en bois de 636.400 €

Mis à jour le 02/03/2018 à 14:03 Publié le 02/03/2018 à 14:00
Avant de donner un chèque en bois au commerçant, l'homme lui avait montré un relevé  bancaire factice faisant état d'un solde d'un million d'euros.

Avant de donner un chèque en bois au commerçant, l'homme lui avait montré un relevé bancaire factice faisant état d'un solde d'un million d'euros. Photo d'illustration JFO

Deux ans de prison pour un chèque en bois de 636.400 €

Un joaillier transalpin, appâté par les boniments d'un escroc italien, avait cédé 636.400 euros de montres et bijoux contre un chèque… sans provision! Le prévenu absent à la barre a été condamné à deux ans de prison ferme.

Dans notre édition de Monaco-Matin du lundi 27 mars 2017, nous avions titré: "Il risque un an de prison pour avoir réglé 636.400 euros avec un chèque en bois".

La peine requise à l'époque par le ministère public concernait une affaire d'escroquerie. Dans ce dossier, le plaignant était un commerçant transalpin.

Rassuré par les boniments d'un aigrefin italien, il avait cédé pour 636.400 euros de montres et bijoux sans rien recevoir en échange: la provision était largement insuffisante sur le compte!

Pourtant, le gérant de la SARL Vitale, installée dans le Carré d'Or de la Principauté et spécialisée dans la joaillerie, avait pris toutes les garanties possibles afin de ne pas tomber dans un piège…

Avant de se prononcer, le tribunal avait préféré reporter sa décision à une prochaine audience. D'une part, il invitait le parquet à...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct