“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: le guetteur soupçonné d'avoir participé à l'assassinat de la mill...

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

Caresses intimes sur les cuisses, fesses, sexe, poitrine, et baisers sur la bouche de ses cousines de 10 et 12 ans, un trentenaire condamné

Mis à jour le 11/02/2017 à 08:13 Publié le 11/02/2017 à 08:45
Illustration Palais de Justice de Monaco

Illustration Palais de Justice de Monaco Photo Michaël Alesi

Caresses intimes sur les cuisses, fesses, sexe, poitrine, et baisers sur la bouche de ses cousines de 10 et 12 ans, un trentenaire condamné

Un an de prison ferme!

Le tribunal criminel, présidé par Mme Virginie Zand, vient de condamner un Monégasque de trente-trois ans après trois jours de débats loin des frustration et agressivité souvent constatées dans ce genre de procès. L'accusé, marié et père de trois enfants, a été reconnu coupable d'attentat à la pudeur sur deux de ses cousines, âgées de 10 et 12 ans, entre 2013 et 2014.

Caresses intimes sur les cuisses, fesses, sexe, poitrine, et baisers sur la bouche étaient pratiqués à plusieurs reprises dans la maison familiale, en Italie, où les fillettes dormaient sur des lits superposés. Avec interdiction d'en parler à quiconque.

Certes, les déviances envers les enfants sont certainement les plus cachées. La loi du silence y règne en maître, et plus particulièrement pour les abus sexuels. Mais la souffrance devient vite insupportable pour les jeunes victimes. Insomnies, cauchemars, douleurs… Alors les faits sont révélés sept mois plus tard. Le 2 février 2015, en rentrant de l'école en pleurs, la plus âgée se confie… L'agresseur est arrêté le 10 septembre, incarcéré, puis libéré le 23 février 2016.

Tour à tour, des personnes évoqueront à la barre cette famille particulière, très libérée au niveau sexuel. La mère a été victime d'un viol. Les oncles ont un comportement libertin, et un des tontons tient même un club d'échangistes en Suisse. L'accusé aurait également fait l'objet d'un attentat à la pudeur identique de la part d'un des membres de la famille, toujours dans cette même maison située dans une commune italienne de la vallée de la Nervia, en Ligurie.

Devait-il dès lors, supporter l'insupportable en s'aidant de conduites à risque, en développant souvent un monde imaginaire pour s'y réfugier ? La faute à l'atavisme ? En grande partie certainement. Son épouse ne le satisfaisait pas. Il allait voir les prostituées et faisait des voyages en Thaïlande… Les expertises psychiatriques excluront cependant tout trouble du comportement ou de l'affectivité. Cet homme a pris conscience de la gravité de ses actes et a reconnu les faits à six reprises.

Pour la partie civile, représentée par Me Hervé Campana, il ne sera nullement question de provoquer, bien des années après, des angoisses ou des attaques de panique ou des conduites d'évitement. Il ne faudrait pas pour autant minimiser les agressions. Ces fillettes ont besoin d'une décision juste afin de reprendre confiance en elles et dans la société. Pour se reconstruire ! Pour leur dignité ! Leur traumatisme sera évalué à 20 000 euros pour chacune. Le tribunal en allouera la moitié.

La représentante du parquet général notera que les faits ont été reconnus dans leur globalité. Comme la démarche de l'accusé, positionnée dans la repentance et son attitude à s'obliger à des soins volontaires. Mais il fallait une sanction importante.

Déjà condamné en 2006 pour infraction sur les stupéfiants, ce personnage n'était plus accessible au sursis. Risquait-il la peine maximale prévue par le Code pénal de dix ans d'emprisonnement ? Afin de trouver un apaisement équitable à toutes ces rancunes, souffrances, violences, le procureur Cyrielle Colle a requis une peine de deux ans ferme.

Pour terminer, la défense, par la voix de Me Franck Michel, réclamera la peine la plus légère possible. Afin d'éviter l'instauration d'une situation insupportable auprès de la famille et pour ne pas obérer l'avenir de son client. L'avocat insistera auprès du tribunal sur la nature d'un acte isolé, des conclusions d'experts sur une récidive improbable et sans aucune tendance à la pédophilie. Tenace, l'avocat rappellera les consultations régulières de l'accusé auprès de psychiatres dès sa sortie de prison et l'inutilité d'infliger une lourde peine.

Dans son arrêt, le tribunal optera pour la peine minimale. Après les six mois de détention provisoire, et si l'on retire les éventuelles remises de peine, ce Monégasque retourne en prison pour trois mois.


La suite du direct