“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Boissons et stupéfiants pourrissent la soirée entre amis

Mis à jour le 10/02/2018 à 09:19 Publié le 10/02/2018 à 09:19
Comme souvent, le fautif avait acheté la drogue à «un inconnu».	(Illustration F.B.)

Boissons et stupéfiants pourrissent la soirée entre amis

Aimer la boisson et la fumette sans modération a conduit deux jeunes gens devant le tribunal correctionnel de Monaco. Pourtant, la virée, prévue le 26 juillet dernier dans un établissement de Fontvieille, ne devait être qu'une soirée d'été entre amis.

Ce matin-là, vers 5h30, une Audi circule à vive allure sur la chaussée proche de l'héliport. Mais les policiers patrouillent!

Ils interpellent aussitôt le conducteur, un étudiant monégasque de 19 ans. Quand les agents s'approchent de l'habitacle confortable, ils perçoivent une forte odeur d'alcool. Ils font souffler dans l'éthylomètre l'homme au volant. Il apparaît un taux de 0,82 mg par litre d'air expiré. Le fautif a bu au moins trois verres de vodka.

Un rapide coup d'œil sur le passager, un Niçois de 18 ans, sans profession, et les fonctionnaires voient un sachet qui dépasse de sa poche. À l'intérieur, il y a 9 grammes d'herbe…

Conduits dans les locaux de la Sûreté publique, les deux fêtards sont placés en garde à vue. "Pourquoi rouliez-vous à une vitesse excessive?", demande le président Jérôme Fougeras Lavergnolle au conducteur.

"C'était au petit matin et j'étais pressé de rentrer, répond le premier prévenu. Je reconnais les faits…" 

C'est au tour du second d'être interrogé par le magistrat sur son addiction. "Je ne suis pas un drogué. J'avais acheté la substance deux jours auparavant, à Menton, à un inconnu et je n'avais consommé…"

"Il doit entendre le message"

Une formule consacrée pour tous les possesseurs de stupéfiants et servie habituellement au tribunal. "Vous connaissez les risques du cannabis. C'était dans l'optique de le partager? Vous avez été condamné à Monaco pour usage de stupéfiants quand vous étiez encore mineur… Un an plus tard, vous vous baladez à nouveau en Principauté avec de la drogue…"

Les deux coupables multiplient les excuses et assurent qu'ils ont compris la leçon et mis en pratique, depuis, de bonnes résolutions. Le premier substitut Olivier Zamphiroff semble toutefois hermétique à ces remords tardifs. "Vous avez une personne avec une forte alcoolémie en connaissant toutes les conséquences liées à l'excès de boissons. C'est la première fois qu'il comparait devant ce tribunal. Vous pourrez prononcer une amende de 700 euros."

La sanction sera plus lourde pour l'autre cas "plus problématique". "Il doit entendre le message. Afin de ne pas obérer sa carrière professionnelle, une amende de 1.000 euros devrait l'inciter à réfléchir". Le tribunal prononcera des peines d'amendes, respectivement de 500 euros et 1.000 euros.


La suite du direct