“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La fille d'un millionnaire décède à bord d'un vol Londres-Nice après avoir mangé...

Le procès Pastor reprend ce lundi: voici l'article à lire si vous n'avez pas sui...

Assises : la double tragédie de la fille d'Hélène Pastor

Gildo Pastor cherche toujours les raisons de l'assassinat de sa mère

"J'ai perdu maman et l'homme de ma vie": le bouleversant témoignage de la fille ...

Affaire Rybolovlev: Philippe Narmino quitte ses fonctions de directeur des services judiciaires de Monaco

Mis à jour le 14/09/2017 à 15:31 Publié le 14/09/2017 à 15:28
Philippe Narmino.

Philippe Narmino. Photo Jean-François Ottonello

Affaire Rybolovlev: Philippe Narmino quitte ses fonctions de directeur des services judiciaires de Monaco

Le directeur des services judiciaires de Monaco a annoncé, jeudi, son départ en retraite anticipée, le jour de la parution d'un article du Monde mettant en cause le fonctionnement de la justice en Principauté.

"A l’orée d’une nouvelle année judiciaire, j’ai pris la décision de renoncer à la poursuite de mes fonctions en demandant à faire valoir mes droits à la retraite anticipée. Les mises en cause personnelles dont je fais l’objet et les attaques répétées subies par l’institution judiciaire ne me permettent plus d’en assurer convenablement la charge."

Philippe Narmino a indiqué dans ces termes, par voie de communiqué de presse ce jeudi en début d'après-midi, qu'il quittait ses fonctions de directeur des services judiciaires de Monaco.

"Monacogate?"

Cette annonce surprise fait suite à la publication d'une longue enquête par le journal Le Monde, ce jeudi à la mi-journée, sous le titre sans équivoque: "Le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev au centre d'un Monacogate".

Pour mémoire, en 2015, le président de l'AS Monaco, grand amateur de tableaux de maîtres, a attaqué en justice Yves Bouvier, un marchand d'art suisse qui lui a permis d'acquérir une quarantaine d'oeuvres exceptionnelles (Picasso, Modigliani, Rothko...), ainsi que son associée Tania Rappo.

Dmitri Rybolovlev les accuse d'avoir réalisé des marges exorbitantes, frisant le milliard d'euros sur dix ans. Ce dont les intéressés se défendent.

En marge de cette affaire, le téléphone portable de Tetiana Bersheda, l'avocate de Rybolovlev, a été saisi par la justice monégasque.

des milliers de sms

L'expert en téléphonie y a exhumé des milliers de SMS très embarrassants pour le clan Rybolovlev, échangés avec le chef de la police judiciaire de Monaco et son adjoint, Christophe Haget et Frédéric Fusari, toujours en fonction.

Pour le moins, ces textos montrent une certaine complicité entre l'avocate et les policiers.

Ils laissent aussi supposer que la première aurait orchestré l'interpellation et la garde à vue d'Yves Bouvier et Tania Rappo, le 25 février 2015 à Monaco.

>> RELIRE. Affaire Rybolovlev-Bouvier: des SMS bien embarrassants

Le Monde s'est procuré d'autres SMS que Tetiana Bersheda a échangés avec Régis Asso, l'ancien directeur de la Sûreté publique de Monaco, à la retraite depuis 2016, et Philippe Narmino.

échanges, invitations, cadeaux...

On y découvre, dans les deux cas, des échanges complices, des invitations, des cadeaux. De quoi alimenter les soupçons de collusion, de manipulation de la police et de la justice monégasque.

D'où le choix de Philippe Narmino, dans la foulée de la parution de cette enquête, ce qui n'est certainement pas un hasard, de quitter ses fonctions.

"Ma décision de retrait est avant tout commandée par l’intérêt supérieur de la justice monégasque qui doit pouvoir continuer à s’accomplir avec la sérénité requise."

L'ex-directeur des services judiciaires de Monaco ajoute: "Je retrouverai de ce fait ma liberté de parole et d’action, après près de quarante ans passés au service de la Justice durant lesquels je n’ai jamais cessé de faire prévaloir les principes garants de son bon fonctionnement."


La suite du direct