“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Procès Pastor: la police judiciaire de Nice a résisté aux assauts des avocats du...

Affaire Rybolovlev: perquisitions et gardes à vue à Monaco

Mis à jour le 22/09/2017 à 19:24 Publié le 22/09/2017 à 19:24
La police de la Principauté.

La police de la Principauté. Photo Jean-François Ottonello

Affaire Rybolovlev: perquisitions et gardes à vue à Monaco

Nouveau rebondissement dans l'affaire Rybolovlev: des perquisitions ont été menées, ce vendredi 22 septembre à Monaco. C'est ce qu'indique un communiqué du parquet général publié en fin de journée.

Ces perquisitions ont été menées dans le cadre d'un volet de l'affaire opposant le milliardaire russe et le marchand d'art suisse Yves Bouvier.

Ce sont les fameux SMS échangés entre Tetiana Bersheda, l'avocate de Dmitri Rybolovev, avec de hauts responsables de la justice et de la police à Monaco. En l'occurrence, Philippe Narmino, le directeur des services judiciaires, qui a pris une retraite anticipée (et sans doute forcée) la semaine dernière, Christophe Haget et Frédéric Fusari, actuels chef et adjoint de la police judiciaire, et Régis Asso, ancien directeur de la Sûreté publique de Monaco.

Ces SMS semblent démontrer une complicité, pour ne pas dire une connivence, entre l'avocate du président de l'AS Monaco et ces responsables de la police et de la justice à Monaco. "Le juge d'instruction en charge [de ce volet de l'affaire] a transmis récemment au ministère public des informations pouvant laisser supposer l'existence de possibles atteintes à la probité", écrit le parquet général dans son communiqué, qui "a donc décidé le 19 septembre 2017 l'ouverture d'une information contre X pour trafic d'influence actif et passif, ainsi que pour complicité de cette infraction".

C'est dans ce cadre que des perquisitions ont été menées ce vendredi. On ignore encore où, les opérations ayant été menées dans la plus grande discrétion. Selon nos sources, plusieurs personnes seraient actuellement en garde à vue dans les locaux de la Sûreté publique.


La suite du direct