“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Procès Pastor: la police judiciaire de Nice a résisté aux assauts des avocats du...

Procès Pastor: "140.000 euros, le prix du double assassinat", selon le commissai...

L'audience de libération conditionnelle du faux docteur Jean-Claude Romand renvo...

Accusé d'avoir arnaqué un retraité monégasque pour un montant de 2,5 millions d'euros, il est relaxé

Mis à jour le 14/03/2017 à 15:00 Publié le 14/03/2017 à 06:30
La partie civile envisage de faire appel.

La partie civile envisage de faire appel. Photo Jean-François Ottonello

Accusé d'avoir arnaqué un retraité monégasque pour un montant de 2,5 millions d'euros, il est relaxé

Le tribunal correctionnel a relaxé un Français naturalisé américain suspecté d'avoir escroqué un retraité de la Principauté en le faisant investir massivement aux États-Unis.

Il était soupçonné d'avoir spolié un retraité monégasque pour un montant de 2,5 millions d'euros. Ce citoyen d'outre-Atlantique a finalement été relaxé par le tribunal correctionnel. Dans cette affaire, l'Américain était poursuivi pour des faits d'escroquerie et abus frauduleux de l'état de vulnérabilité*.

Qui est ce prévenu, absent à l'audience mais représenté par ses avocats? Un homme de 76 ans, né à Alger et de nationalité française, naturalisé américain en 1988. Un jour de 2003, au hasard d'une rencontre, il sympathise avec le retraité en question. Un ancien comptable de chez Dior qui investit principalement son argent dans les placements sécurisés et capitalise quelque 3 millions d'euros sur ses comptes bancaires.

Très vite, les deux hommes vont se lier d'amitié et placer des grosses sommes dans l'immobilier aux États-Unis, principalement en Floride.

La faute à la crise des subprimes?

Au cours de l'année 2009, le neveu du retraité s'alarme de voir le patrimoine de son oncle réduit à un seul appartement en Principauté. Tout l'argent a disparu… C'était en 2007. La crise des subprimes aux conséquences financières terribles entraînait l'effondrement de l'immobilier aux États-Unis. Est-ce la véritable raison des pertes abyssales du retraité ?

"Il ressort clairement de l'instruction que toutes les opérations se soldent par un échec financier, commente le président Florestan Bellinzona. Pour le prévenu, en revanche, les affaires sont florissantes, comme pour ses proches."

À l'audience, il apparaît que l'homme d'affaires aurait menti sur sa véritable identité: il serait le fils illégitime d'une comtesse. Comme sur son passé professionnel : il n'aurait jamais été un des dirigeants de la Pan Am, mais un simple steward.

Tout devient encore plus trouble et nébuleux dès que l'on évoque son casier judiciaire: il est vierge. Pourtant, d'après certains éléments de l'enquête, cet individu apparaîtrait comme un escroc notoire en France. Un courrier envoyé à sa première femme quand il était détenu en 1970 figure aussi dans le dossier. Le jeu des amnisties aurait-il fait disparaître ces mentions ?

La justice se tournera en dernier ressort vers les autorités américaines afin d'obtenir des témoignages sur son parcours à Miami, où il réside actuellement.

"La commission rogatoire qui leur a été adressée, rappelle le magistrat, avait pour but de vérifier fortune, patrimoine sources de revenus, etc. Mais elle n'est jamais retournée au palais de justice de la Principauté."

Pas plus de succès pour l'abus de faiblesse. Les deux expertises médicales de 2010 mentionnent "une personne en pleine possession de toutes ses facultés mentales, ne souffrant d'aucun trouble de la mémoire ni du raisonnement".

"La réalité dépasse la fiction"

En route pour la déroute? À la barre, les neveux réclament justice. Car leur oncle, aujourd'hui âgé de 92 ans et remarié, ne les aide plus. Ils pensent qu'il a été la victime de l'escroc américain. Pour les soutenir dans cette procédure, Me Didier Escaut rappelle la mise sous tutelle du retraité devant son absence de discernement. Il insiste aussi sur cette nouvelle et récente union avec la secrétaire du prévenu: "Cette femme est aux premières loges pour s'approprier l'appartement du Parc Saint-Roman en Principauté."

L'avocat ne sera pas le seul à parler de manipulations, manœuvres frauduleuses, de prêt de 750.000 €, de bail signé pour régler des créances, de détournements, de rapaces… Me Alexis Marquet va rajouter que son client "presse son tuteur de vendre son appartement afin de régler les dettes morales qu'il a contractées auprès de son gourou. Successions de dons, opérations immobilières et autres montages financiers vont boucler la spoliation. En retour, aucun titre de propriété et aucun bien n'aura profité au retraité. La réalité dépasse la fiction".

Le premier substitut Olivier Zamphiroff n'a aucun moyen de mettre en doute les allégations du prévenu et regrette son absence comme celle du nonagénaire. "Ce dernier a décidé de s'embarquer dans des aventures audacieuses. C'était sa volonté! C'est un homme carré et les experts ne sont pas unanimes pour démontrer sa vulnérabilité. Cette affaire laisse un goût de non-lieu!"

"Aucune manœuvre frauduleuse"

En défense, Mes David Rebibou et Jérôme Culioli, du barreau de Nice, sont "surpris et rassurés que la famille se rapproche enfin de leur client". Mais ils s'étonnent "qu'elle réclame 5 millions d'euros au titre de la partie civile. L'image d'une famille unie est une fiction. Elle réagit en 2009 quand il n'y a plus rien. C'est écœurant! Tout ce qui est reproché à notre client s'est passé sur le territoire américain. Donc vous ne pourrez pas entrer en voie de condamnation. L'accusation ne peut démontrer aucune manœuvre frauduleuse. L'intention d'escroquer n'est pas caractérisée. La partie civile est surtout mécontente d'escompter un patrimoine qui lui échappe. La relaxe!".

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public. Mais les avocats des parties civiles réfléchissent à un éventuel appel.

*Dans un premier temps, le juge d’instruction chargé du dossier avait ordonné un non-lieu. Puis la Cour d‘Appel avait décidé du renvoi de l’affaire devant le tribunal correctionnel.


La suite du direct