“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: "140.000 euros, le prix du double assassinat", selon le commissai...

L'audience de libération conditionnelle du faux docteur Jean-Claude Romand renvo...

Procès Pastor: les enquêteurs de la police judiciaire de Nice à la barre ce mard...

Il avait inspiré littérature et cinéma... Le faux docteur Romand demande à sorti...

Gildo Pallanca-Pastor, le fils de la défunte, lors de son arrivée hier après-midi au palais de justice d'Aix-en-Provence avec ses deux avocats Gérard Baudoux et Thomas Giaccardi.

Pastor : l'un plaide coupable, les autres se disent innocents

À sept dans une Ferrari : 18 mois ferme réclamés

Mis à jour le 29/09/2016 à 05:11 Publié le 29/09/2016 à 05:11
Sept fêtards avaient pris place dans une Ferrari California cabriolet noire, telle que celle-ci. L'un des passagers avait fait une chute très lourde sur la route du Jimmy'z. Il est toujours dans un état grave.	(DR)

À sept dans une Ferrari : 18 mois ferme réclamés

Dans la nuit du 28 au 29 mai 2016, le conducteur d'une Ferrari cabriolet avait embarqué six passagers. L'un d'eux avait été gravement blessé en chutant. Le conducteur a été jugé mardi

Un Finlandais de 40 ans, résidant en Principauté, était jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Monaco pour avoir conduit le samedi 28 mai, la veille du Grand Prix de F1, sa Ferrari avec un taux d'alcool de 2,08 g par litre de sang. La justice lui reproche également d'avoir commis des blessures involontaires sur un quadragénaire Russe, aujourd'hui hospitalisé à Saint-Pétersbourg et toujours dans un état préoccupant. Mais aussi d'être reparti avec sa voiture et d'avoir omis de lui porter secours. Enfin, d'avoir accepté un nombre de passagers, sept au total, dépassant très largement la capacité du chargement (lire notre édition du 4 juin).

Le ministère public a requis une peine de dix-huit mois de prison ferme et la confiscation de la Ferrari. L'affaire a été mise en délibéré au mardi 4 octobre.

« Tout le monde était...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct