“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Procès Pastor: la milliardaire et son chauffeur n'avaient aucune chance de survi...

Procès Pastor: trois chauffeurs de taxi de Nice appelés à témoigner ce jeudi

"Pour qui vous prenez vous?": dialogue musclé entre Dupond-Moretti et une polici...

Procès Pastor: Marion est tombée nez à nez avec le tueur

Procès Pastor: la police judiciaire de Nice a résisté aux assauts des avocats du...

5.000 € d’amende pour avoir émis plus de 18.000 € de chèques sans provision

Mis à jour le 02/11/2016 à 10:56 Publié le 02/11/2016 à 11:20
Des chèques en bois pour «une amitié qui échoue».

Des chèques en bois pour «une amitié qui échoue». Photo JFO

5.000 € d’amende pour avoir émis plus de 18.000 € de chèques sans provision

Une Française a comparu devant le tribunal correctionnel monégasque pour avoir émis des chèques en bois à un ami de la famille en vue de s'offrir une voiture. Elle a écopé d'une lourde amende.

À force d’effeuiller son chéquier sans se soucier de ses avoirs sur son compte en banque, une Française a comparu devant le tribunal correctionnel.

La justice lui reproche d’avoir émis trois paiements "en bois" d’un montant global de 18.834 euros pour acquérir un véhicule.

Cette Française quinquagénaire a écopé d’une peine d’amende de 5.000 euros et devra verser 21.000 euros à la partie civile.

Dans un premier temps, comme le vendeur est un ami de la famille, la prévenue croit avoir trouvé la combine pour s’offrir une nouvelle voiture avec une grande facilité de paiement.

À l’issue de belles promesses, cette femme va rouler pendant un an avec sa nouvelle berline en faisant patienter le propriétaire. Finalement, à force d’insistance, elle consentira à lui remettre trois chèques d’un montant respectif de 6.268 euros.

Or, le 29 septembre dernier, cet ami n’a toujours rien encaissé. Et pour cause: Madame est dans l’impossibilité d’honorer les chèques tirés sur sa banque. Alors, elle propose de rendre le véhicule…

"J’aimerais que vous convoquiez mon mari"

"Le prix s’est déprécié, annonce logiquement le président Florestan Bellinzona, après une utilisation personnelle aussi longue. Et je vous rappelle qu’un chèque est un instrument de paiement. Il doit y avoir l’argent provisionné dès son émission."

Étrange réponse de cette femme à la barre qui s’estime abusée par le vendeur: "J’aimerais que vous convoquiez mon mari…" Le magistrat riposte sèchement: "Monsieur n’est pas concerné. C’est vous qui avez fait les chèques..."

Comme il n’a pas trop apprécié de se faire extorquer son argent, le plaignant évoque "un couple qui n’a pas l’air très clair avec la justice. C’est une femme de mauvaise foi. Son mari a des problèmes pour escroquerie, alors c’est elle qui a proposé de rembourser. Tout est flou et mis en œuvre pour ne pas payer. J’ai quelque 18.000 euros de trésorerie dans la nature auxquels j’ajoute 3.000 euros de préjudice moral et 2.000 euros de frais de justice…"

Le premier substitut Olivier Zamphiroff sera bref dans ses réquisitions: "C’est une amitié qui échoue devant votre juridiction pour une histoire embrouillée. Le montant de l’amende devrait se situer entre 1.000 euros et 1.500 euros!"

A l’heure du délibéré le tribunal sera bien plus sévère avec la fautive.


La suite du direct