“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

VIDEO. Kids-Matin : des reportages exclusifs pour les enfants

Des parents d'élèves en colère manifestent devant l'inspection académique des Al...

DIAPO Les premiers clichés de la rentrée scolaire, ce lundi à Monaco

VIDEO. Ce professeur azuréen a trouvé une solution pour motiver les élèves. Et ç...

INFOGRAPHIE. Voici le calendrier des vacances scolaires 2018-2019

La bachelière major de Polynésie avec 20,32 sur 20 a reçu des propositions d'établissements à Paris

Mis à jour le 08/07/2018 à 12:45 Publié le 08/07/2018 à 12:45
Ranitea Gobrait, major du bac en Polynésie, le 6 juillet 2018 à Papeete.

Ranitea Gobrait, major du bac en Polynésie, le 6 juillet 2018 à Papeete. Photo AFP

La bachelière major de Polynésie avec 20,32 sur 20 a reçu des propositions d'établissements à Paris

La bachelière major de Polynésie, qui se disait incertaine de son avenir d'étudiante faute de réponse positive des établissements sollicités via Parcoursup, a en fait reçu des propositions, à Paris, selon le ministère de l'Enseignement supérieur.

Ranitea Gobrait, qui a décroché son bac avec 20,32 de moyenne au terme de sa terminale S à Papeete, a affirmé samedi avoir été refusée dans tous les établissements parisiens dans lesquels elle a postulé, et rester en liste d'attente dans le lycée toulousain Pierre-de-Fermat pour une classe prépa d'ingénieurs.

refus de plusieurs propositions

Dans un communiqué publié sur twitter dans la nuit, le ministère de l'Enseignement supérieur souligne qu'"il ressort du dossier de cette bachelière que celle-ci a reçu et refusé plusieurs propositions d'admission, notamment dans des classes préparatoires aux grandes écoles qu'elle avait appelées de ses voeux, à Paris".

Sur place à Papeete, le directeur de la DGEE (direction générale de l'éducation et des enseignements), Thierry Delmas, a fait savoir à l'AFP que le choix de cette jeune fille "était un choix très ciblé d'établissements parisiens, bordelais, et aussi à Rennes. Et parmi ces choix-là, elle a été acceptée dans au moins un des lycées prestigieux de Paris", à Janson-de-Sailly. "Elle a renoncé à la proposition d'un grand lycée parisien et a préféré s'inscrire à l'Université de la Polynésie en classe prépa scientifique", a-t-il ajouté.

Christophe Castaner, secrétaire d'Etat des Relations avec le Parlement, et patron de La République en marche a relayé, dans la nuit, cette information, tweetant : "Cette brillante bachelière a reçu et refusé plusieurs propositions, notamment dans des classes prépa appelées de ses voeux, à Paris. Elle peut, si elle le souhaite, être accompagnée par le Rectorat".

"Les équipes de Parcoursup et du vice-rectorat de Polynésie française se tiennent naturellement disponibles dans le cas où cette candidate solliciterait un accompagnement", a aussi précisé le ministère.

"Je trouve ça aberrant. Je ne suis pas la seule dans ce cas : il y a beaucoup de bons élèves qui subissent le fait d'être à Tahiti. Les grandes prépas nous ont laissés de côté, nous les îles d'outre-mer (...) Je trouve que c'est dommage de nous fermer les portes comme ça, on devrait nous laisser notre chance", avait regretté Ranitea Gobrait.

à partir de 1 €


La suite du direct