“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les plages et les piscines privées ont été meurtrières cet été. Une situation d'autant plus inquiétante qu'en cette fin de saison,  les postes de secours ferment les uns après les autres. Et le beau temps perdure pourtant, incitant à la baignade.

Huit morts de plus : terrible bilan des noyades de l'été

Dès le mois de décembre, seuls les guichets de ces gares de la Côte d'Azur reste...

Contrôles, filtrage maritime, restrictions de circulation : tout ce qu'il faut s...

Plusieurs échangeurs de l'autoroute A8 fermés cette semaine

Ce radar des Alpes-Maritimes dans le top 10 des moins bons "flasheurs"

Nous faisons corps jusqu'à ne faire plus qu'un

Mis à jour le 24/02/2018 à 05:08 Publié le 24/02/2018 à 05:08
Christophe et Guillaume s'entraîne pour réussir les épreuves du triathlon en moins de 16 heures...

Christophe et Guillaume s'entraîne pour réussir les épreuves du triathlon en moins de 16 heures... Michael Alesi

Nous faisons corps jusqu'à ne faire plus qu'un

Guillaume, paraplégique, et son ami Christophe ont décidé de se lancer dans l'Ironman 2019. Un défi pour les deux hommes qui se sont rencontrés à la dernière No Finish Line

Quand on est sportif dans l'âme, on le reste. » Guillaume Battaglini, 30 ans, a perdu l'usage de ses jambes il y a sept ans à la suite d'un accident où son scooter et un autre deux-roues se sont violemment percutés sur la route de Laghet. « Ce jour-là, j'ai tout perdu. J'avais un métier, je faisais du sport, j'élaborais des projets. Quand je me suis réveillé du coma, j'ai compris. J'ai dû remonter le moral à toute la famille. J'ai appris à vivre seul. Ce fut le début d'une seconde vie. »

Aujourd'hui, Guillaume, Français, menuisier de formation, est sans emploi, réside aux Jardins d'Apolline et bientôt à L'Engelin. Il parle peu mais n'en est pas moins...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct