“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Grèves et mouvements sociaux > Mouvement de grève à l'hôtel Méridien de Monaco

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Mouvement de grève à l'hôtel Méridien de Monaco

Mis à jour le 20/04/2017 à 17:29 Publié le 20/04/2017 à 17:23
Les salariés de  l'hôtel Méridien Beach Plaza, à Monaco, sont en grève depuis ce jeudi.

Les salariés de l'hôtel Méridien Beach Plaza, à Monaco, sont en grève depuis ce jeudi. Photo DR

Près de 80 salariés de l'hôtel Méridien Beach Plaza, à Monaco, sont en grève depuis ce jeudi matin, 6h30.

Ils sont postés devant l'établissement de la SBM, boulevard Princesse-Charlotte, pour réclamer essentiellement une valorisation des salaires. "Nous avons décidé de lancer ce mouvement parce que le directeur de l'hôtel ne répond à aucune de nos revendications, assure Franck Baret, délégué syndical du Méridien. Nous sommes arrivés à un dialogue de sourds. Qu'il nous paie ce qu'il nous doit!"

Le mouvement est prévu pour durer 24 heures. Il est reconductible. A moins que le dialogue ne reprenne d'ici là.

Ce mouvement social intervient en plein Monte-Carlo Rolex Masters et salon Top Marques, deux événements qui remplissent tous les hôtels de la Principauté.

Le mouvement sera suspendu vendredi à 6 h 30

Salariés en grève et direction se sont rencontrés vers 15h30. S'agissant des demandes d'augmentation des salaires, le directeur de l'hôtel n'a pas répondu favorablement.

"La période est difficile et nos résultats ne sont pas suffisamment bons pour permettre ces augmentations", argumente Manuel de Vasconcelos, le directeur du Méridien Beach Plaza.

Un point de vue qui ne satisfait pas les salariés: "Le directeur a dit non à tout, regrette Franck Baret, délégué syndical. Ce que l'on réclamait, c'est ce que coûte une journée de grève..."

Le mouvement se poursuit jusqu'à ce vendredi, 6h30. Il sera ensuite suspendu.

Mais un nouveau débrayage surprise n'est pas exclu par les salariés.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres