“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

LA RECETTE DU JOUR. Risotto au citron

LA RECETTE DU JOUR. Omelette soufflée au crabe

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

LA RECETTE DU JOUR. Cèpes à la crème

LA RECETTE DU JOUR. Soupe de crevettes, tomates et lait de coco

De passage à Monaco, ce restaurateur japonais à la renommée mondiale nous décrypte sa philosophie

Mis à jour le 21/10/2016 à 10:45 Publié le 21/10/2016 à 10:40
Simplicité, technique, respect et qualité des produits. Un peu de la philosophie Nobu. « Je ne veux rien gâcher. Avec les petits poissons comme les sardines, j’utilise aussi les arrêtes et la tête», dit Nobuyuki Matsuhisa.

Simplicité, technique, respect et qualité des produits. Un peu de la philosophie Nobu. « Je ne veux rien gâcher. Avec les petits poissons comme les sardines, j’utilise aussi les arrêtes et la tête», dit Nobuyuki Matsuhisa. Photo Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

De passage à Monaco, ce restaurateur japonais à la renommée mondiale nous décrypte sa philosophie

Il a ouvert son premier restaurant à New York voilà plus de vingt ans. Trente et un autres ont suivi, partout dans le monde. De passage à Monaco, Nobuyuki Matsuhisa décrypte sa philosophie

Le jour tombe doucement sur Monaco. Depuis la salle du Nobu de Monaco, au Fairmont Monte-Carlo, le ciel rougit doucement. C’est dans ce cadre que se déroule l’étape monégasque de Nobuyuki Matsuhisa, l’homme derrière les trente-deux restaurants qui portent son prénom. Il est venu à la rencontre des équipes de ses établissements.

Le chef a l’habitude, il passe dix mois sur douze sur la route. Et chez lui, le voyage est un moteur. Après le Japon, il a cuisiné au Pérou, en Argentine, à nouveau au Japon, en Alaska… Avant de poser – un peu -– ses valises à Los Angeles. Puis d’ouvrir le premier Nobu, à New York. C’était il y a plus de vingt ans. Depuis, il a ouvert des enseignes partout dans le monde… Toujours avec sa carte où se retrouvent cuisine japonaise et sud-américaine. Et surtout avec la même philosophie. Il la décrypte, en insistant sur ses...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct