“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Tout ce qu’il faut savoir avant le match Monaco - Nîmes

Kismet

La recrue star Aleksandr Golovin pourrait jouer ses premières minutes de la sais...

Depuis la création du club, il y a plus de 50 ans, l'AS Monaco compte plus de 60 titres de champions de France et 20 titres internationaux.

L'AS Monaco Athlétisme, une famille d'exception

Golovin espéré pour le match AS Monaco - Nîmes

Yayou, le supporter masqué de l'AS Monaco sur Twitter

Mis à jour le 27/08/2017 à 11:14 Publié le 27/08/2017 à 11:10

Yayou, le supporter masqué de l'AS Monaco sur Twitter

Depuis 2013, Yannick régale ses 10.616 abonnés par son humour et sa mauvaise foi assumée.

Il mesure entre 1,70m et 1,80m, porte une légère barbe, arbore un costard cravate… et gazouille sur Twitter sous les traits d'une belle blonde. Lui, c'est Yannick, alias "Yayou" pour les twittos.

"J'ai 26 ans, j'habite à Menton et je suis employé de banque en Principauté, se présente-t-il. Je ne mets aucune photo de moi pour me protéger. Il y a des personnes mal intentionnées, c'est dangereux. J'utilise une photo d'actrice, en rajoutant toujours une petite touche de Monaco pour attirer l'attention. Mais les gens savent que je suis un garçon et les nouveaux le découvrent rapidement."

Tout a commencé un jour de derby

S'il supporte le club du Rocher depuis 1997 et ses 6 ans -"Mon grand-père m'emmenait au stade et m'a fait découvrir les matchs à l'époque des Barthez et des Trezeguet"-, le Mentonnais a rejoint la communauté Twitter en 2011. Enfin, rejoint… "Je ne comprenais rien comme 90% des gens qui s'inscrivent! (Il rit) Je suis revenu sur Twitter pour le premier derby contre Nice en Ligue 1, en décembre 2013. À l'époque, j'avais 50 abonnés. Et puis, je ne sais pas pourquoi mais ça a pris."

En quatre ans, 10.560 "twittos" de plus se sont ajoutés à la liste. La progression a été linéaire, puis tout a explosé. "J'ai mis plus de trois ans à avoir 5.000 "followers". Ça grimpait tranquillement jusqu'en mai 2017… puis, en quatre mois, le chiffre a doublé", raconte-t-il. Les raisons? "Monaco a été champion de France et agite le marché des transferts. Tu écris sur l'ASM, tu balances deux infos sur le mercato monégasque et t'as de nouveaux followers. C'est exponentiel. Plus tu es gros, plus tu es vu. Mais j'ai du mal quand on me dit que je suis le représentant de la communauté monégasque… Je ne représente personne! J'ai mes idées."

En plus d'être actif sur l'actualité de son club, il ajoute une touche personnelle. Un mélange "d'humour et de mauvaise foi assumée dans tout ce qui concerne l'AS Monaco". Son duo gagnant, son identité. "C'est mon personnage. Prenons l'exemple de ma photo. Certains nouveaux me prennent vraiment pour une femme, viennent me parler tout gentiment et me draguer en message privé. Il y en a qui me disent que je suis très belle et d'autres qui répondent "T'es bête, c'est pas une femme!" Après, que j'ai 10.000 abonnés ou 50, j'ai toujours fait le même genre de blagues. Et puis, j'adore titiller les supporters adverses!"

Des plaisanteries, qui, parfois, ne sont pas du goût de ces derniers: "Depuis la finale de la Coupe de la Ligue, je suis constamment insulté par quelques fans parisiens. Plus ton compte est gros, plus c'est difficile de faire de l'humour sans te prendre des insultes, des menaces de mort. Il y a des gens comme ça, puis d'autres qui comprennent et renchérissent sur de l'humour. Bon, après, c'est pratique. Quand je demande quelque chose, j'ai des réponses à tout. C'est merveilleux comme outil mais ça ne change rien à ma vie."

Bientôt papa…

À la maison, il passe "au moins" trois heures par jour sur le téléphone. "Ma copine me hurle dessus à cause de ça, explique-t-il. En plus, nous allons bientôt devenir parents." Un heureux événement qui sonne l'heure de raccrocher le téléphone? "J'espère que ça me permettra de couper un peu. Je vais avoir un enfant, le football va donc descendre dans mes priorités."

Il s'était déjà un peu habitué à cette situation, surtout depuis son entrée dans le monde professionnel en 2013. "Je n'ai plus l'âge ni la vie de famille qui me permettait de tout le temps faire des déplacements. Je chantais quand on était 700 dans le kop. Supporter une équipe, c'est rester fidèle quoi qu'il arrive. Je vais aux matchs dès que je peux, j'essaye de faire un maximum de déplacements européens, mais je ne vais pas laisser madame pour le football."

Ce soir à 21h, face à Marseille, Yannick sera peut-être au stade… ou à la maternité. Quel plus beau signe que de voir mini-Yayou pousser ses premiers cris un soir de match, avant de gazouiller sur Twitter et de crier sa passion au Louis-II, comme Papa?

ASM-OM? "3-1!"

On a demandé à Yayou un pronostic pour le premier gros match de la saison au Louis-II. "Allez, je vais dire 3-1 pour l'AS Monaco. Je les laisse marquer quand même, je suis sympa!" (Il rit). 

Donner le nom des buteurs? "Ah non, je suis très mauvais dans ces pronostics! (Il hésite puis se lance) Bon déjà, pour l'OM, Valère Germain marquera pour son retour au Louis-II. Et pour nous… Un but de Falcao, un autre de João Moutinho et puis… (Il réfléchit) Allez, mets-moi un doublé de Radamel Falcao, El Tigre!"

>> LIRE AUSSI. Tout ce qu'il faut savoir avant le match AS Monaco-Olympique de Marseille

Son top 3 "tweet" du mois

à partir de 1 €


La suite du direct