“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"S'il y a urgence? Oui": les réactions de l'AS Monaco après le nul concédé à dom...

Le match, les buts en vidéo, la stat': ce qu'il faut retenir du match nul entre ...

L'AS Monaco bute sur une courageuse équipe de Nîmes et doit se contenter du nul ...

L'AS Monaco bousculée par Nîmes à la pause (1-1)

Raggi titulaire avec l'AS Monaco contre Nîmes, Golovin sur le banc

Vasilyev: "Les rumeurs ne nous déstabilisent pas..."

Mis à jour le 29/03/2018 à 14:38 Publié le 29/03/2018 à 14:37
Le Vice-président de l AS Monaco FC, le Russe Vadim Vasilyev.

Le Vice-président de l AS Monaco FC, le Russe Vadim Vasilyev. Photo C.D.

Vasilyev: "Les rumeurs ne nous déstabilisent pas..."

Avant de disputer la finale de Coupe de la Ligue à Bordeaux samedi contre le PSG, Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco s'est exprimé.

Ce dernier était présent au centre d'entraînement de La Turbie ce matin aux côtés du président Dmitri Rybolovlev.

Vasilyev a d'abord démenti les rumeurs entourant l'avenir du coach Leonardo Jardim, et des joueurs Kamil Glik et Fabinho. "Cela m'a fait plutôt sourire à deux jours d'une finale contre le PSG. Mais nous ne travaillons pas comme ça... Ces rumeurs ne nous déstabilisent pas car nous sommes tous très concentrés sur cette finale", a déclaré Vasilyev.

Le bras droit du président Rybolovlev a également balayé d'un revers de main les rumeurs de ventes du club, et rachat de l'AC Milan. "C'est faux. Le président est là pour longtemps, la preuve, il vient de valider un lourd investissement : celui de la construction du futur centre d'entraînement et formation pour près de 55 millions d'euros."

Les travaux devraient durer un peu plus de deux ans.


La suite du direct