“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Kismet

La recrue star Aleksandr Golovin pourrait jouer ses premières minutes de la sais...

Depuis la création du club, il y a plus de 50 ans, l'AS Monaco compte plus de 60 titres de champions de France et 20 titres internationaux.

L'AS Monaco Athlétisme, une famille d'exception

Golovin espéré pour le match AS Monaco - Nîmes

Des bugs en pagailles font vivre un cauchemar aux spectateurs de la Ligue des Ch...

Vasilyev élu dirigeant européen de l'année

Mis à jour le 04/11/2017 à 05:28 Publié le 04/11/2017 à 05:28
Jeudi soir à Londres, le directeur général de l'AS Monaco, Vadim Vasilyev, a reçu son Prix des mains des dirigeants de NuCalm, société parrainant l'événement.

Jeudi soir à Londres, le directeur général de l'AS Monaco, Vadim Vasilyev, a reçu son Prix des mains des dirigeants de NuCalm, société parrainant l'événement. FC Business

Vasilyev élu dirigeant européen de l'année

Le directeur général de l'AS Monaco a devancé les présidents du Bayern Munich et du Real Madrid lors d'une cérémonie dédiée au foot business à Londres. Le juste prix d'une ascension fulgurante

Quelle trajectoire pour Vadim Vasilyev. Nommé directeur général de l'AS Monaco il y a quatre ans par Dimitri Rybolovlev, le Russe n'avait alors jamais opéré dans le football.

Hormis un paternel qui lui avait transmis sa passion pour le CSKA Moscou, un suivi passionné de l'équipe nationale russe ou encore quelques matchs de Manchester United suivis, dans les loges cossues d'Old Trafford, aux côtés de Dimitri Rybolovlev, Vadim Vasilyev n'avait pas une culture foot affirmée.

À son arrivée à Monaco en 2013, il ne connaissait certainement de l'ASM que son maillot un temps floqué Fedcom, la société de fertilisants qui l'embauchait auparavant. Un bien maigre CV qui n'a pas empêché l'homme d'affaires de hisser le club de la Principauté de la Ligue 2 à la Ligue 1, puis de la L1 à la...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct