“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Football > Pour attirer le public au stade Louis-II, l'AS Mon...

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour attirer le public au stade Louis-II, l'AS Monaco propose une offre incroyable aux supporters

Mis à jour le 15/02/2017 à 18:26 Publié le 15/02/2017 à 18:26
Contre Nice, le Louis-II affichait complet. Un fait pourtant si rare malgré les efforts tarifaires du club.
Contre Nice, le Louis-II affichait complet. Un fait pourtant...
Photo Jean-François Ottonello

La saison de l'ASM est une réussite mais le Louis-II peine à se remplir. Pour les réceptions de Nantes et Bordeaux, le club lance une opération avec des prix attractifs: à partir de 2 euros !

Contre Metz (5-0), officiellement il y avait 6069 spectateurs au Louis-II . En réalité, ils étaient beaucoup moins puisque la Ligue compte d'office tous les abonnés même quand ils ne viennent pas au stade.

Avec 9.061 spectateurs de moyenne, le Louis-II occupe la dernière place du classement des affluences, derrière Dijon, Bastia et Lorient, malgré une recette billetterie en hause de 15% par rapport à l'an dernier.

Incroyable pour une équipe qui joue son plus beau football depuis plus de 10 ans.

Meilleure attaque d'Europe, meilleure équipe à domicile en Ligue 1 (46 buts inscrits en 13 matches), il faut ne pas aimer le ballon pour bouder le plaisir qui se joue chaque semaine sous nos yeux au Louis-II.

Nantes et Bordeaux à 2 euros, c'est cadeau

On a suffisamment tapé sur cette équipe l'an dernier s'agissant de l'ennui qu'elle semait à chaque sortie, pour ne pas mettre en avant l'inverse cette année. En football tout passe très vite, et une saison encore plus.

C'est simple il ne reste plus que six matches au Louis-II en Ligue 1, c'est peu. Cet été, tout peut arriver. Falcao, Bernardo Silva, Bakayoko, Lemar, Sidibé, Mbappé, Jardim.

Difficile de savoir si tout ce joli monde restera en Principauté une saison de plus. Il serait dommage, une fois le championnat terminé, d'avoir raté ce ballet de visu par simple flemme.

D'autant que pour les réceptions de Nantes (dimanche 5 mars, 21h) et Bordeaux (samedi 11 mars, 16h45), le club propose des tarifs très attractifs pour accompagner les spectateurs: à partir de 2 euros la place en pesage mais aussi des billets à 4 euros (seconde), 6 euros (première latérale) 8 euros (première centrale) ou encore 20 euros (honneur).

Une opération de communication du club sous le slogan "meilleure attaque d'Europe au meilleur prix".

Autant dire que pour deux euros, vous pouvez vous offrir une affiche de Ligue 1 avec une équipe qui enfile les buts comme des perles. Monaco a toujours eu des fréquentations en dent de scie, souvent liées à l'identité du visiteur.

Par exemple, pour la venue de Manchester City, le 15 mars en 8e de finale retour de la Ligue des champions, le stade sera copieusement garni. En revanche, pour les matches de Ligue 1, le fil rouge de la saison de l'ASM, Louis-II sonne souvent creux.

La jauge du stade est trop grande pour le bassin de population. Globalement, tous les clubs français peinent à remplir leur enceinte, le mal n'est pas propre à l'ASM.

Si encore le spectacle n'était pas au rendez-vous sur le Rocher, mais ce n'est absolument pas le cas cette année où chaque match est un festival. Dans cinq ans, quand on regardera dans le rétroviseur et qu'on se rendra compte que les joueurs actuels de Monaco joueront dans les plus grands clubs européens, on se mordra les doigts de ne jamais avoir profité de tout ce potentiel de visu.

D'ici mai, les occasions de voir les Monégasques en championnat vont se faire rares. Cette saison, on a rarement été déçu en se rendant au Louis-II.

De nos jours, c'est peu fréquent d'enchaîner des performances collectives dans un sport qui comporte autant d'aléas. Ce millésime monégasque a pourtant réussi à donner une périodicité régulière à l'improbable.

On voit peut-être les ralentis à la télévision mais un match s'apprécie forcément différemment dans une enceinte de football.

Et dans dix ans, vingt ans, il sera de bon ton de raconter à vos enfants que l'épopée 2016-2017, vous l'avez vu de vos propres yeux.

Et pour 2 euros.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus