“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Depuis la création du club, il y a plus de 50 ans, l'AS Monaco compte plus de 60 titres de champions de France et 20 titres internationaux.

L'AS Monaco Athlétisme, une famille d'exception

Golovin espéré pour le match AS Monaco - Nîmes

Des bugs en pagailles font vivre un cauchemar aux spectateurs de la Ligue des Ch...

Après la défaite de Monaco contre l'Atlético, pour Jardim "c’était équilibré"

Têtes basses à la fin du match, les Monégasques ont ensuite reconnu du mieux dans leur jeu.

L'ASM loupe sa rentrée en classe européenne

Les notes du match Tottenham-Monaco: Bernardo Silva, l'insolent au visage d'ange

Mis à jour le 15/09/2016 à 05:08 Publié le 15/09/2016 à 07:28
Le numéro dix monégasque a été magnifique de bout en bout.

Le numéro dix monégasque a été magnifique de bout en bout. AFP

Les notes du match Tottenham-Monaco: Bernardo Silva, l'insolent au visage d'ange

Comme à Villarreal, Bernardo Silva a régalé les suiveurs par ses prises de balle, sa technique et son but inscrit dans son style très caractéristique lors la victoire de Monaco à Tottenham (1-2) pour la 1re journée de la Ligue des Champions.

Subasic (6): battu par Son mais suppléé par Raggi (9'), il s'incline sur le coup de casque d'Alderweireld sur lequel il ne peut rien faire. Une superbe envolée sur une vollée d'Alli (48') et bien placé sur une frappe de Kane (78'). Rassurant et serein.

Raggi (5.5): le Pirate devait contenir le Sud-Coréen Son et on a craint le pire quand il se troue d'entrée sur un centre d'Eriksen avant de sauver sur sa ligne dans la foulée sur une frappe de Son où Subasic était battu (9'). Un bon retour dans les pieds de Kane (29'), et une implication de tous les instants. Il a souffert sur son côté, surtout en seconde période, où ça jouait beaucoup dans son dos mais il n'a jamais baissé les bras. Offensivement, il n'a pris aucun risque. Pas là pour ça.

Glik (7): solide, efficace, rarement submergé par ses émotions, ni impressionné par l'ambiance ni par l'adversité, le Polonais...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct