“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Golovin espéré pour le match AS Monaco - Nîmes

Des bugs en pagailles font vivre un cauchemar aux spectateurs de la Ligue des Ch...

Après la défaite de Monaco contre l'Atlético, pour Jardim "c’était équilibré"

Têtes basses à la fin du match, les Monégasques ont ensuite reconnu du mieux dans leur jeu.

L'ASM loupe sa rentrée en classe européenne

Malgré une petite frayeur dans les dernières minutes, les Monégasques n'ont pas tremblé samedi soir face à Aix (37-32).

L'ASM en patron Bilan des mondiaux à Plovdiv

Le match, les buts en vidéo, la stat... Ce qu'il faut retenir de la défaite de l'AS Monaco contre l'OM

Mis à jour le 03/09/2018 à 00:02 Publié le 02/09/2018 à 23:55
Valère Germain congratulé par ses coéquipiers après son but contre l'AS Monaco, dimanche 2 septembre.

Valère Germain congratulé par ses coéquipiers après son but contre l'AS Monaco, dimanche 2 septembre. Photo AFP

Le match, les buts en vidéo, la stat... Ce qu'il faut retenir de la défaite de l'AS Monaco contre l'OM

Les Monégasques se sont inclinés en toute fin de match sur une tête de Valère Germain et ne comptent qu'une victoire en 4 journées. Cette saison sera bel et bien compliquée.

Le match

Il se passe toujours des choses entre Monaco et l'OM. L'an dernier on a eu droit à un feu d'artifice (6-1). Cette fois, il y a eu moins de buts, mais c'était tout aussi décousu et rocambolesque. Plaisant à voir depuis les tribunes, mais certainement moins côté banc de touche.

Les doutes d'été accouchent d'instants de folies. Comme sur cette tête de Valère Germain à la 89', lui l'ancien monégasque, qui a offert la victoire à l'OM mené 2-1 à un quart d'heure de la fin (2-3 score final). Mais sur le Rocher, on se serait bien passé de cette adrénaline incontrôlée.

Le coup de la crème renversée a beaucoup de mal à passer du côté de l'ASM qui compte qu'une victoire et un nul en quatre matches. Surtout que le scénario ressemble à celui de la semaine dernière à Bordeaux, où, parfois, il faut savoir ne pas perdre quand on n'a pas les moyens de gagner.

En Gironde l'équipe de Jardim avait commencé avec le frein à main, et le sursaut en début de deuxième période n'avait duré qu'un temps. L’embellie a été de courte durée encore dimanche, et la désorganisation a refait son apparition. "Sauf que là, c'est une erreur de marquage sur un corner", relativisait Jardim.

Entre l'OM et Monaco, la confiance était pourtant au même niveau au coup d'envoi.

Pas très haut. Niveau pelouse. Dimanche soir, le premier s'est rassuré en plongeant la tête sous l'eau du second, preuve de l'importance de ce choc entre deux prétendants au podium.

Sous la pluie, ce sont d'abord les Monégasques qui ont bu la tasse. Une ouverture du score tardive mais inévitable de Mitroglou juste avant la pause (45'). Avant ça, l'attaquant olympien aurait pu mettre son équipe dans le bon sens bien plus tôt (6', 26', 37').

Heureusement que Benaglio était resté vigilant pendant que sa défense prenait gentiment le bouillon. Les Marseillais n'ont été que très peu inquiétés en première période et il fallait une offrande de Rami pour réveiller l'ASM (Tielemans, 49'). Falcao qui avait chipé le ballon du défenseur français sur l'égalisation, s'offrait cinq minutes plus tard un but plein de rage. Les Monégasques viraient en tête presque de manière inespérée (2-1, 54').

Puis l'entrée de Sidibé n'a pas eu l'effet escompté. D'abord devant Henrichs côté droit, il a terminé latéral droit, laissant l'Allemand filer à gauche, là où Barreca a beaucoup souffert. Mboula enfin, puis Pellegri n'ont rien apporté.

L'égalisation de Thauvin remettait l'OM à l'endroit, le stade en furie a fait le reste (2-2, 74'). "Prendre deux buts ce n'est pas rédhibitoire pour gagner", se réjouissait Rudi Garcia, le coach de l'OM. "Ce qui compte c'est de terminer sur une victoire, ça veut dire qu'on progresse", poursuivait-il. Des propos qui résument également l'état de santé de l'ASM, indirectement.

Avant que le mercato ne se clôture, Leonardo Jardim avait alerté sur la difficulté de la tâche à accomplir cette saison. Un démarrage qui rappelle les débuts du coach portugais sur le rocher qui comptait également 4 points après 4 journées en 2014. A l'époque, on n'imaginait pas l'avenir de Jardim, parfait inconnu, s'inscrire sur le long terme.

La suite de l'histoire parle pour lui. Et c'est ce qui donne un brin d'espoir ce matin. Les dirigeants monégasques ont bien conscience qu'il faut laisser du temps à cette équipe. Peut-être plus qu'aux précédentes.

Mais combien de temps exactement? "Ça dépendra de beaucoup de choses, des recrues comme Golovin ou Chadli pas encore au top, rappelait Jardim. Ça dépendra de la progression des jeunes aussi comme Adama Traoré qui n'a pas joué depuis deux ans, des jeunes comme Pietro (Pellegri) ou Willem (Geubbels) qui peuvent se blesser. Mais je peux vous promettre que je donnerai le maximum et l'équipe aussi".

Pour l'instant, le maximum, ne permet pas de ramener ne serait-ce qu'un point.

Les buts en vidéo

Konstantínos Mítroglou (45+1'): 0-1

Youri Tielemans (48'): 1-1

Radamel Falcao (53'): 2-1

Florian Thauvin (74'): 2-2

Valère Germain (89'): 3-2

La stat'

13. L'AS Monaco restait sur autant de matches sans défaite à domicile en championnat (10 victoires, 3 nuls). La dernière défaite remontait au 26 novembre 2017, contre le PSG (1-2).


La suite du direct