“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Depuis la création du club, il y a plus de 50 ans, l'AS Monaco compte plus de 60 titres de champions de France et 20 titres internationaux.

L'AS Monaco Athlétisme, une famille d'exception

Golovin espéré pour le match AS Monaco - Nîmes

Des bugs en pagailles font vivre un cauchemar aux spectateurs de la Ligue des Ch...

Après la défaite de Monaco contre l'Atlético, pour Jardim "c’était équilibré"

Têtes basses à la fin du match, les Monégasques ont ensuite reconnu du mieux dans leur jeu.

L'ASM loupe sa rentrée en classe européenne

Jean-Louis Triaud, le président des Girondins de Bordeaux tacle de nouveau la politique fiscale de l'AS Monaco

Mis à jour le 06/08/2016 à 22:38 Publié le 06/08/2016 à 22:20
Jean-Louis Triaud.

Jean-Louis Triaud. Photo AFP

Jean-Louis Triaud, le président des Girondins de Bordeaux tacle de nouveau la politique fiscale de l'AS Monaco

Le président bordelais a rajouté une couche de critiques concernant l'avantage fiscal du club princier sur ses concurrents en Ligue 1.

Jean-Louis Triaud a la dent dure. En 2013, il avait déjà sévèrement critiqué la politique fiscale de Monaco.

A l'époque, il considérait que la possibilité d'éxonorer de l'imposition les joueurs de l'ASM, était comme "courir le 100m avec 10m de retard sur l'adversaire".

Trois ans plus tard, le président des Girondins de Bordeaux est toujours aussi remonté. Alors que Jean-Michel Aulas fustige avec violence la toute puissance financière du PSG, Jean-Louis Triaud préfère ne pas critiquer les dirigeants qataris mais... le club monégasque.

"Premièrement, je ne commente pas les déclarations de Jean-Michel Aulas. Deuxièmement, je considère que l'on est dans un système libéral et, dans la mesure où les clubs respectent les mêmes règles que moi, à l'exception de Monaco, comme je le rappelle encore, il n'y a pas de problème. Si les Parisiens ont davantage de moyens que nous, tant mieux pour eux. Je n'ai rien à y redire" a exécré le président des Girondins.

Au moins, on ne pourra pas lui reprocher de changer d'avis...


La suite du direct