“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Les enfants du couple princier ont parcouru tous les stands du chapiteau.

Ambassadeurs princiers de la prévention et des secours Concert éblouissant de St...

Le spectacle pyrotechnique a embrasé le ciel de la baie des Anges.

Nice renoue avec le feu d'artifice du 15-Août

Quelques semaines auparavant, en France, une jeune maman avait été priée de quitter les locaux de la Caisse d'allocations familiales parce qu'elle était en train d'allaiter son enfant.

Une mère allaite dans les toilettes après un quiproquo

La famille princière au coeur du monde

Mis à jour le 20/11/2017 à 05:29 Publié le 20/11/2017 à 05:29
Moment de liesse et d'unité : la Fête nationale est aussi l'occasion d'arborer ses plus beaux atours rouges et blancs !

Moment de liesse et d'unité : la Fête nationale est aussi l'occasion d'arborer ses plus beaux atours rouges et blancs ! Michael Alesi et L.M.

La famille princière au coeur du monde

La Fête nationale monégasque est aussi communément appelée « Fête du Prince ». En se baladant au milieu de foule réunie sur la place du Palais, cette appellation prend tout son sens

Qu'il faisait bon avoir 5 ans, hier matin, place du Palais ! Juché sur les épaules de papa, la vue devait être superbe ! Une vue que même votre serviteur, qui avoisine pourtant les deux mètres de haut, n'avait pas…

« Quand on n'a pas de tête, il faut avoir des jambes », disait mon grand-père. Un dicton adapté : « Quand on n'a pas d'yeux, il faut avoir des oreilles » et les laisser traîner. Et discuter un peu avec les badauds, venus par milliers profiter de ce moment d'unité...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct