“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Les enfants du couple princier ont parcouru tous les stands du chapiteau.

Ambassadeurs princiers de la prévention et des secours Concert éblouissant de St...

Le spectacle pyrotechnique a embrasé le ciel de la baie des Anges.

Nice renoue avec le feu d'artifice du 15-Août

Quelques semaines auparavant, en France, une jeune maman avait été priée de quitter les locaux de la Caisse d'allocations familiales parce qu'elle était en train d'allaiter son enfant.

Une mère allaite dans les toilettes après un quiproquo

L'officier de marine détenait 137 000 fichiers pédophiles

Mis à jour le 01/12/2017 à 05:10 Publié le 01/12/2017 à 05:10
« Le fautif avait été élevé par un oncle qui fréquentait les prostituées (...) Sa personnalité était restée perverse avec une propension à la double vie. » 		(Illustration Jean-François Ottonello)

L'officier de marine détenait 137 000 fichiers pédophiles

L'ordinateur de ce père de famille, dont l'expertise psychiatrique n'a décelé aucune pathologie, a été saisi à Monaco après signalement d'Interpol. À l'intérieur, des photos et vidéos insoutenables

L'audience, déjà renvoyée une première fois pour absence du prévenu, ne pouvait être encore reportée… C'est donc devant une barre désespérément vide que le tribunal correctionnel a évoqué le cas d'un pédopornographe italien, représenté par son conseil, peu de temps après la « Journée de l'Enfance » !

La justice reproche notamment au Transalpin d'avoir importé, détenu, diffusé des images à caractère pornographique mettant en scène de très jeunes enfants, des années 2012 à 2015. Soit quelque 137 000 fichiers téléchargés sur son ordinateur laissé dans son appartement de la rue Grimaldi, à Monaco. Dans cette hypothèse, le transfert de données informatiques tombe sous le coup de la loi pénale.

« Il diffusait ses ébats avec madame »

L'affaire débute au mois de mai 2015. Un courrier d'Interpol informe les services de sécurité sur un échange de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct