“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un infirmier de 41 ans soupçonné d'être à l'origine de 106 morts

Mis à jour le 10/11/2017 à 06:36 Publié le 10/11/2017 à 06:20
©PHOTOPQR/NICE MATIN/Richard RAYLE 02 10 2013  Bacterie hopital l'importance du lavage des mains  (MaxPPP TagID: maxmatinnews262194.jpg) [Photo via MaxPPP]

Un infirmier de 41 ans soupçonné d'être à l'origine de 106 morts

Il tuait par "ennui" : Niels Högel, un infirmier allemand de 41 ans est soupçonné d'être à l'origine de 106 décès de patients, généralement tués par injection médicamenteuse, une affaire "unique" dans l'histoire judiciaire allemande contemporaine.

Et le bilan pourrait encore s'alourdir : des expertises toxicologiques restent en cours pour cinq autres cas suspects en Allemagne, ont précisé jeudi les Parquet et police de Oldenbourg (nord) dans un communiqué commun.

Un porte-parole du Parquet a par ailleurs précisé à l'AFP qu'une "exhumation avait été demandée aux autorités turques dans trois cas" de morts suspectes. Ces personnes, décédées en Allemagne, ont été enterrées en Turquie. "Une mise en accusation par le Parquet de Niels (Högel) devrait vraisemblablement intervenir en début d'année prochaine", selon ce communiqué.

Fin août, les enquêteurs avaient déjà annoncé que cet infirmier condamné à la perpétuité en 2015 était soupçonné d'avoir tué au moins 90 patients, et peut-être même deux fois plus. Certains cas seront toutefois impossibles à prouver, malgré les exhumations et les centaines de témoignages recueillis, avaient-ils admis. En juin 2016, lors d'un précédent bilan, les enquêteurs avaient pointé la responsabilité du soignant dans 33 décès.

un cas "unique"

En août, le chef de l'enquête, Arne Schmidt, avait jugé cette affaire "unique dans l'Histoire de la République fédérale" en raison de son ampleur. C'est "effrayant, cela dépasse tout ce que l'on aurait pu imaginer", avait renchéri Johann Kühme, chef de la police d'Oldenbourg.

Niels Högel a généralement tué des patients à l'aide de surdoses médicamenteuses injectées lorsqu'ils étaient en réanimation dans deux hôpitaux, à Delmenhorst (nord) et Oldenburg, où il avait travaillé entre 1999 et 2005. Il n'avait pas de "préférences" d'âge ou de sexe pour ses victimes sinon qu'il "préférait les patients se trouvant dans un état très critique", avait expliqué M. Schmidt.

"Ennui"

Selon les dires de l'infirmier, il pratiquait ces injections pour amener les patients au seuil de la mort afin de démontrer sa capacité à les ramener à la vie. Seul motif invoqué : "l'ennui".

L'infirmier avait déjà été condamné en 2015 à la perpétuité pour deux meurtres et quatre tentatives s'étant soldées par la mort ultérieure des patients. L'affaire avait éclaté à l'origine en 2005, lorsqu'il avait été surpris par une collègue en train de faire une piqûre non prescrite à un patient dans la clinique de Delmenhorst, ce qui lui avait valu en 2008 sa première condamnation pour tentative de meurtre.

L'enquête avait été relancée en janvier 2014 car l'intéressé avait admis auprès d'un codétenu une cinquantaine d'homicides. Par la suite, il avait dit à un expert psychiatre avoir commis une trentaine de meurtres et s'était aussi attribué une soixantaine de tentatives.

Il "n'arrive pas à se souvenir de chaque cas. Mais dans plus de 30, il se souvenait des patients concrètement et de son comportement", avait expliqué en août la cheffe du Parquet d'Oldenbourg, Daniela Schiereck-Bohlemann.

Cette affaire est aussi celle des dysfonctionnements dans les deux cliniques où l'infirmier a pu travailler. Bien que les décès de patients aient eu lieu le plus souvent alors que Niels Högel était de service, aucun mécanisme interne n'a donné l'alerte.

Les cliniques de Delmenhorst et d'Oldenbourg sont ainsi visées par une enquête pour déterminer les responsabilités, les enquêteurs estimant que les meurtres auraient pu être empêchés

 


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres