“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'incendie de Roquebrune maîtrisé, 8.000m2 de végétation brûlés

5.000 m2 de végétation partent en fumée dans un incendie, de nombreux pompiers m...

Cette pharmacie avait déjà été braquée en 2012. Le suspect avait, là encore, été interpellé. Son gérant a confié sa colère dans Nice-Matin vendredi.

La Trinité : le braqueur identifié... et interné

Le bilan encore provisoire du naufrage d'un ferry sur le lac Victoria fait état ...

Lester Laoagan vivait depuis plusieurs mois à Monaco, où cette photo a été prise, mais c'est à Paris qu'il a été retrouvé sain et sauf. 	(DR)

Lester Laoagan a été retrouvé vivant... à Paris !

Magali, notre héros

Mis à jour le 03/04/2017 à 05:13 Publié le 03/04/2017 à 05:13

Magali, notre héros

À la fin d'une conférence sur le dos du docteur Brunner, à Monaco, le souverain Albert II a salué le courage de Magali, gardienne de la Paix qui a tiré sur le terroriste du 14-Juillet à Nice

Un médecin de renom : Philippe Brunner. Une conférence de l'Ambassador's club sur les avancées thérapeutiques sur le mal de dos dans un salon du Fairmont. Plus de 500 invités ; le meilleur des représentants de la médecine, du sport, des arts et des personnalités monégasques. Au premier rang : le souverain Albert II. Derrière lui, une femme de 34 ans, sans fard, cheveux tirés en arrière, triathlète, jean's sombre et pull bleu marine.

« Mon héros 2016, c'est elle ». En l'espace de quelques secondes, Philippe Brunner aura fait oublier tout de sa brillante conférence pour le plus émouvant moment. « Le 14 juillet 2016, sur la Promenade des Anglais à Nice, vous avez tiré sur le terroriste alors au volant de son camion. Vous avez eu un courage exceptionnel. Vous veniez de courir avec deux collègues, des hommes, pour...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct