“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Le Raid était en train de défoncer la porte du voisin": les riverains racontent le coup de filet anti-terroriste à Menton

Mis à jour le 08/11/2017 à 07:52 Publié le 08/11/2017 à 07:42
L'une des deux résidences mentonnaises où ont eu lieu les interpellations mardi matin.

L'une des deux résidences mentonnaises où ont eu lieu les interpellations mardi matin. Photo Michael Alesi

"Le Raid était en train de défoncer la porte du voisin": les riverains racontent le coup de filet anti-terroriste à Menton

La police judiciaire a interpellé, hier à l’aube, dix suspects – neuf hommes et une femme – en France et en Suisse dans une opération antiterroriste. Parmi eux, cinq Mentonnais, tous radicalisés

Le bouquin traîne là, à l’arrière d’une Audi A8 grise. L’enfer et ses supplices indique la couverture rougeoyante. Ce livre. Ce titre... La voiture, immatriculée dans le Haut-Rhin, vitre arrière cassée pendant la perquisition, stationne en face de l’immeuble où le Raid et la BRI sont intervenus à l’heure du laitier.

>> RELIRE. Projet d'attentat déjoué: ce que l'on sait après l'opération antiterroriste menée sur la Côte d'Azur ce mardi matin

L’Audi appartient à l’un des suspects. Vêtements, livres, sacs, elle est sens dessus dessous. Étonnamment, les hommes de l’antiterrorisme n’ont pas tout emporté. Le pamphlet, rédigé par un savant sunnite du XIVe siècle, décrit ce qui attend les mauvais croyants qui ne suivraient pas le chemin fixé par Allah.

Quel enfer les hommes, interpellés dans l’immeuble situé juste en face, prévoyaient-ils de déclencher? En tout cas, c’est un réveil mouvementé qui attendait cette vallée populaire du Careï, qui mène au cœur de Menton depuis l’A8.

Marqué, Maurice, un riverain, raconte. "À 6 heures du matin, j’ai entendu un bruit dans les escaliers. J’ai vu les hommes du Raid intervenir au septième étage, au domicile d’un jeune homme qui vivait ici depuis pas mal de temps. Mais je ne le connaissais pas alors que je suis là depuis trois ans. Puis, à 7h20, en emmenant mon fils à l’école, j’ai vu les...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres