“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Non, un policier municipal n'a pas été agressé au cutter à Nice

"Tout était faux": comment un détective privé a découvert la vérité sur le gendr...

Un des forums les plus importants du dark web en France démantelé à l'issue d'un...

VIDEO. Les révélations choc d’un détective privé sur le meurtre de la milliardai...

Vous avez bouclé votre déclaration d'impôt? Attention à cette arnaque par téléph...

Le nombre de violences et d'incivilités dans le foot amateur est resté stable cette année

Mis à jour le 12/01/2017 à 08:32 Publié le 12/01/2017 à 08:29

Le nombre de violences et d'incivilités dans le foot amateur est resté stable cette année

Le nombre de matches de football amateur ponctués d'incidents en 2015-2016 a été stable par rapport à la saison précédente, avec 1,4% des rencontres émaillées d'agressions physiques ou verbales, révèle une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Sur un million de matches amateur organisés, 10.977 ont été marqués par une agression physique ou verbale, selon l'étude, réalisée à partir des données collectées par l'Observatoire des comportements de la Fédération Française de Football (FFF).

Ce chiffre semble en baisse par rapport aux 12.476 incidents comptabilisés la saison précédente mais l'ONDRP la justifie par une plus faible participation des ligues et districts au recensement de violences en 2015-2016.

"Sur l'ensemble des matches effectivement couverts, la part des rencontres ayant fait l'objet de violences ou d'incivilités est stable", ajoute-t-elle.

Les arbitres sont victimes de 41% des incidents recensés, dans 86% des cas des agressions verbales. Les actes à caractère raciste ou discriminatoire ne représentent qu'une infime minorité des violences recensées (0,6% du total).

La proportion de matchs à incidents diminue à la mi-saison mais les tensions reprennent en fin de saison lorsque l'enjeu sportif est plus fort. Entre janvier et avril 2016, la part des matchs ayant généré des violences s'est accrue, passant de 1,1% à 1,6%.

Les incidents sont les plus nombreux chez les 17-18 ans masculins. Quelque 2,7% des matches chez les U18-U19 masculins ont fait l'objet d'actes violents et 1,4% des rencontres ont généré des violences physiques.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres