“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gildo Pallanca-Pastor, le fils de la défunte, lors de son arrivée hier après-midi au palais de justice d'Aix-en-Provence avec ses deux avocats Gérard Baudoux et Thomas Giaccardi.

Pastor : l'un plaide coupable, les autres se disent innocents

Vous n'avez rien suivi à l'assassinat d'Hélène Pastor en 2014 à Nice? On rembobi...

À Gênes, la rue coupée en deux par l'effondrement du pont Morandi meurt à petit ...

Elle veut faire demi-tour et dévale les escaliers de la basilique au volant de s...

Intervention remarquée pour l'antigang, mercredi, au péage de Saint-Isidore.

Go fast stoppé sur l'A8 : une tonne de cannabis importée ?

Interdite de territoire depuis 2012, elle est retrouvée ivre dans un jardin public

Mis à jour le 26/09/2017 à 22:06 Publié le 26/09/2017 à 22:05
Tribunal de Monaco.

Tribunal de Monaco. Photo Cyril Dodergny

Interdite de territoire depuis 2012, elle est retrouvée ivre dans un jardin public

Le 18 juin dernier, une quadragénaire philippine a été surprise en état d'ivresse dans les jardins du Casino à Monaco.

Jusqu'ici, rien de très répréhensible. Mais quand les policiers contrôlent cette femme résidant à Beausoleil, ils notent qu'elle fait l'objet d'une mesure de refoulement depuis 2012 !

La prévenue, absente à la barre, était représentée par son conseil. Le président Florestan Bellinzona relate les faits : "Cette femme, sans profession, a reconnu qu'elle était interdite de territoire en Principauté. Pour motiver son comportement, elle a assuré avoir rendez-vous avec une amie. Après avoir convenu du lieu de la rencontre, elle n'a pas osé l'avertir de l'interdiction… Son casier est entaché de condamnations pour vol et escroquerie."

"Madame n'hésite pas à revenir à Monaco. On la retrouve en plein cœur de Monte-Carlo cette fois. Or, elle n'avait aucune raison de s'y trouver. En novembre 2012, elle avait été condamnée à quatre mois d'emprisonnement, rappelle le procureur Alexia Brianti. Tenez compte de la réitération des faits et prononcez une condamnation de cinq à dix jours de prison ferme."

La défense n'acquiesce pas. "Au cours de l'entretien, assure Me Hervé Campana, ma cliente paraissait timide, faisait preuve d'une certaine pudeur. Elle n'est pas contrariante et n'a trouvé aucune excuse lors de son interpellation. Vous allez la punir, certes. Mais soyez cléments dans les proportions."

Le tribunal suivra les réquisitions les plus basses du ministère public : cinq jours de prison ferme. 


La suite du direct