“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La moitié des huiles d'olive contrôlées ne sont pas conformes à la législation

La canicule de cet été a fait 1.500 morts de plus qu'une année normale

Procès Pastor: les très attendues dépositions des enfants de la milliardaire

Procès Pastor: le témoignage de l'enquêteur qui a recueilli les aveux du coach s...

Au moins 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria

Il reconnaît des policiers en civil dans une soirée privée, appelle sa bande et déclenche une bagarre générale, de nombreux blessés

Mis à jour le 21/08/2018 à 08:14 Publié le 21/08/2018 à 07:00
Nouveau procès pour une même affaire, ce lundi, au palais de justice de Nice.

Nouveau procès pour une même affaire, ce lundi, au palais de justice de Nice. (Photo F. Vignola)

Il reconnaît des policiers en civil dans une soirée privée, appelle sa bande et déclenche une bagarre générale, de nombreux blessés

Le tribunal correctionnel de Nice a infligé ce lundi un an de prison à un intrus de 19 ans, à l’origine de la rixe qui avait gâché une fête privée. Trois fauteurs de trouble ont déjà été condamnés.

Il a beau s’en défendre, "c’est bien lui qui est à l’origine de tout". De tout ce bazar qui a gâché une soirée censée être festive, le 12 mai dernier, à Menton. Le procureur Brigitte Funel désigne le coupable principal : Zaccharie Bereskalah, 19 ans, et déjà sept condamnations au compteur depuis hier soir.

Le tribunal correctionnel de Nice a tranché: c’est d’abord lui qui a fait virer une soirée privée en bagarre générale. La scène se passe dans un restaurant de la rue Gélis, près du marché couvert de Menton, vers 23 h. Huit policiers fêtent l’anniversaire de l’un d’eux en famille. Pas d’uniforme en vue. Ni d’embrouille a priori.

Meute surexcitée

C’est sans compter l’arrivée de Zaccharie Bereskalah. Un habitué des lieux. Il s’invite, commande à boire. Se voit opposer un...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct