En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

vendredi 28 novembre 2014

17°C

S'inscrire?

Nice ›

Publié le  - 2
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Partager

A Nice, «bastion» de la colère policière après la mise en examen pour homicide volontaire d’un policier après l’interpellation en flagrant délit d’un délinquant multirécidiviste à Noisy-le-Sec, Eric Ciotti, député, président du conseil général des Alpes Maritimes et secrétaire national de l’UMP en charge de la sécurité a reçu ce vendredi les syndicats Unité SGP FO (majoritaire) et Alliance.

Dans un communiqué, il indique "leur avoir réaffirmé son soutien et sa volonté de voir évoluer la législation pour intégrer la présomption de légitime défense. "Je suis convaincu de la nécessité de créer une présomption de légitime défense pour les policiers, comme c’est déjà le cas pour les gendarmes ou les douaniers. On ne peut accepter qu’un policier soit d’abord blessé pour être en mesure de riposter " assène l'élu azuréen. "La République se doit d’assurer aux policiers un cadre de travail qui les protège dans l’exercice de leurs missions de sécurité, essentielles à notre société" estime l'élu niçois qui a "rappelé aux policiers  "qu'il ne je ne placerai jamais sur un même plan un policier et un délinquant."

William Ajuelos , délégué régional d’Unité SGPFO Police a redit l’hostilité de son syndicat à cette mesure ainsi qu’à la "culture du résultat". Il a également dit à Eric Ciott qu'il souhaitait l'abandon de la réduction générale des politiques publiques ayant abouti au non remplacement d'un policier sur deux. "Je lui ai parlé de l'état déplorable du matériel, des voitures réformées qui sont encore utilisées et des collègues qui n'ont même pas de lampe-torche pour travailler la nuit" a déclaré le syndicaliste régional.

Outre le renforcement de la présomption d’innocence et la mise en oeuvre de la présomption de légitime défense pour les policiers , Laurent Laubry, délégué d'Alliance a évoqué les raisons de la colère : le malaise du manque d'effectifs, l'état lamentable des locaux de Police de plusieurs villes du département, et notamment la caserne Auvare de Nice, indigne de la 5ème ville de France, le manque cruel de matériel de sécurité et également dénoncé la politique du chiffre incompréhensible ayant pour but le remplissage de tableaux de statistiques.

La grogne continue à monter et continue à ignorer la tentative de canalisation du mouvement par les syndicats. Via des textos, les policiers en colère appellent leurs collégues à déchirer leurs cartes syndicales si les deux principales organisations ne parviennent pas à se metytre d'accord sur une date commune de manifestation. Unité SGP FO Police appelle à un rassemblement le 10 mai tandis qu'Alliance lance un appel pour le 11 mai. Des policiers envisagent une action "sans les syndicats" le 9 mai devant les préfectures.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
06/05/2012 à 13h27

La Police Française ; Le malaise est que certains n'arrivent plus à se faire respecter par la délinquance et notamment les quartiers dit à zone franche. (si j'étais à la tête, la zone franche, je déploie l'armé et je met tout le monde au pas et celui qui n'est pas d'accord avec la république, il dégage de France) et pour se défouler la Police de france n'a qu'un objectif faire chier une partie de la population, qui paie ces impots, et qui respectent autrui. Comment voulez-vous avoir un bon regard sur ce corps de métier ? Sachant que certains de leur chef ou autres élus politique trempent dans la magouille... La solution est ailleurs et dans l'urgence remettre l'armée francaise au premier rang et le service obligatoire pour tous. Celui qui ne veut pas faire l'armée, pour raison de réligion car il y a du cochon à la catine, ou qu'il lui faut des services adaptés, celui là aussi il dégage. Et il faut aussi les soutenirs car ce corps de métier n'est pas évident d'être en l'enclume et le marteau

05/05/2012 à 04h08 | 1

Si je comprend bien en lisant cet article, on demande de plus en plus de 'chiffre" aux policiers avec de moins en moins de policiers, dans des voitures qui ne roulent pas, et sans lampe dans le noir total de la nuit.... et tout ça face à des délinquants armés de plus en plus violents....?????